La Sélection 2017

Voici enfin  la sélection 2017 !

Nous remercions tous les photographes qui ont déposé un dossier pour cette édition. Vous étiez très très nombreux (plus de 480) et le choix a été cornélien ! vous recevrez un mail vous confirmant votre participation.  A très bientôt !

  • Abadie Philippe « Cuba, de l’ombre à la lumière »
  • Allicot Manu « Onirisme de l’arbre »
  • Arico Sébastien « l’homme et la bête »
  • Association Enfant Soleil / Angoulême (catégorie « association locale ») « L’instant présent »
  • Atelier Focale 16 (catégorie « club photo ») « Boxe in Soyaux »
  • Avez Olivier « A 20 cm de l’âme »
  • Bellavia Christian « Sivens »
  • Benaiteau Julien « vie de chaises : avec et sans accoudoirs »
  • Beugnies Pauline – Prix Camille Lepage 2016 « Génération Tahir »
  • Bizet Didier « L’interminable hiver de la Mer d’Aral »
  • Bourasseau Anthony « Ondulations »
  • Boutonnet Franck  » Yo soy Fidel : funérailles de Fidel Castro »
  • Bunel Michael « Belgrade, voies sans issues »
  • Chazal Matthieu  » la dame à la robe fleurie et autres chroniques du Caucase »
  • Coleman Lambert « Tomsk »
  • Colfs Rosalie « Kinshasa-Matadi Express »
  • Collectif Clair Obscur « Amusez-vous »
  • Corthier Isabel « Fragile équilibre dur la corde de la paix »
  • Couvret Francine « Les yeux des arbres »
  • Croutzet Anne-Marie « Errances géorgiennes »
  • De Roquefeuil Anita « Siberia : from future past »
  • Delaunay Pierre
  • Derien Thibaut « j’habite une ville fantôme »
  • Dufour Eric « Urbanities »
  • Fabre Jean-Eric « Ad terrae Acta : correspondances congolaises »
  • Fauvelle Markus « un cirque, inventaire à la Prévert »
  • Fleury Laurence « Bergères des Pyrénées »
  • Grand Prix de St Benoît (86) : Lauréats 2015
    • Lamothe Michel « la main, des mains pour le dire »
    • Chancerel Francis « Les rêves de Cendrillon »
    • Tissier Pascal « errances nocturnes »
  • Gras Frédéric « La Piste aux étoiles »
  • Grigoryant Yulia « Inhabitants of the Empty »
  • Hamm Nathalie « In the shade of the giants »
  • Kurzen Bénédicte (invitée d’honneur) Agence Noor
  • Le Gall Brice « Contre la loi travail et son monde »
  • Lefebvre Alain « le guêpier d’Europe »
  • Lempin Jérémy « De sang et d’or »
  • Les Photographies de l’Année 2017 : les lauréats 2017
    • Forey Eric (architecture)
    • Terrasse Céline (animalier)
    • Hamel Rémy (création numérique)
    • Drouet Dominique (culinaire)
    • Travers Claude (humaniste)
    • Amelinck Stephan (mariage)
    • Ruoppolo Guillaume (nature et environnement )
    • Chambon Vincent (nu)
    • Lecire Gaetan (mode)
    • Orillard Demaire Nicolas (paysage)
    • Belet Laurent (portrait)
    • Zekser Cyril (publicité)
    • Bernon Cyrille (reportage)
  • Lycée Jean Rostand, Roubaix, BTS photo (cat. école photo)  « chemin de mémoire »
  • Mariaud Etienne « Crazy stripes »
  • Mercier Gilles « Zona de Alb »
  • Mila Plum’s « speed dating »
  • Mutzig Jean-françois « Des éléphants et des hommes »
  • Nossant Jean-Michel  » la classe maternelle d’Elouan »
  • O’Connor Brennan – Prix Lucas Dolega 2017 « Peace and Development in Myanmar »
  • Petiteau Loïc « Berlin d’est en Ouest »
  • Pouget Laurent « La maison de famille »
  • Rivereau Elodie (coup de coeur « ado ») « shows aériens »
  • Roiné Arnaud « Les coulisses du « Palais » « 
  • Ruoppolo Guillaume  » Ody’sea »
  • Sackstede Hubert « Domicile : cimetière »
  • Sattler Alexandre « monde de beauté, éclats de joie »
  • Serro Isabelle « SOS en Méditerranée »
  • Simon Serge « Birmanie secrète »
  • Taris Jeanne « les Gitans de Saint Jacques »
  • Tellok Mark « Alphabet »
  • Théo – Synchro X « un arrière goût de choux de Bruxelles »
  • Touron Olivier « Terre de Feu »

Candidatures photographes 2017

Vous souhaitez proposer une série de vos photos au Festival de photoreportage BarrObjectif. Vous êtes au bon endroit.

Vous trouverez tous les renseignements nécessaires pour déposer votre candidature en téléchargeant La convention photographe 2017.

Date limite repoussée d’une semaine

Envoyez vos candidatures jusqu’au 23 avril 2017

candidature@barrobjectif.com

Bonne chance à vous !

Vendredi 13 janvier à 20H30 à la salle des fêtes de Barro (entrée gratuite)

Pédro et Sophie de « Voyage en marche » qui ont exposé à BarrObjectif 2016 nous présenteront le film de leur aventure et échangeront avec le public sur leur voyage à pied. 400 jours, 350 nuits en bivouac, et 7000 kilomètres. Sophie Latapie et Pierre-Antoine Raimbourg se sont lancés dans un périple à pied à travers le monde.

Ils nous entraînent dans leur aventure et nous font partager leur passion pour la marche.

voyage-en-marche-1

La bande annonce du film :

Un extrait du film voyage en marche : 

Venez nombreux prolonger avec nous la magie de BarrObjectif !

Vendredi 13 janvier 2017 à 20H30 à la salle des fêtes de Barro
(entrée gratuite)

A très bientôt

L’invitée d’honneur 2017

Kurzen Bénédicte est notre invitée d’Honneur de cette 18e Édition de Barrobjectif.

Bénédicte Kurzen est une photographe documentaire axée sur les conflits et les changements socioéconomiques sur le contient africain. Elle fait partie de l’agence NOOR.

 

 

Voici la liste des photographes sélectionnés.

N’hésitez pas à visitez nos éditions passées dans la rubrique Éditions précédentes.
L’invité d’honneur 2016 était Cédric Gerbeyahe de l’agence VU.

Liste des photographes 2016

Liste des photographes sélectionnés pour l’édition Barrobjectif 2016.
L’invité d’honneur, pour cette nouvelle édition, est le photographe Cédric GERBEHAYE de l’Agence VU.

Manu Allicot – Les Mains d’Or

Manu Allicot est né à Périgueux (24), son regard artistique rend son travail particulièrement personnel et reconnaissable.Portrait manu allicot Ses voyages , expériences dans d’autres pays Suisse, Canada, Espagne, Ecosse etc… et inspirations l’attirent naturellement vers un graphisme visuel, coloré et contrasté. Du repérage de détails aux mises en scène dans l’espace, en passant par la prise de vues qu’elles   soient de vies, de reportages ou de paysages, il saisit les expressions avec des portraits posés ou pris  à «la volée», la lumière douce d’un objet vous invitant à rentrer dans son viseur.

Ses représentations tendent à concevoir l’espace photographié en tableau afin de toujours magnifier ce qu’il perçoit. Avide d’ épanouissement, il se perfectionne suite à un travail de fond pour compléter son potentiel dans le graphisme-photo puis dans la photo-vidéo artistique par drone. Ayant une culture du visuel depuis toujours et possédant un goût pour la créativité dans l’image, il parvient en 2015 a devenir finaliste Meilleur Ouvrier de France en photographie d’art.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Les Mains d’Or

La main, Aristote l’a définie il y a plus de 25 siècles comme« la reine de tous les outils, de tous les instruments ». Je m’inscris dans cette philosophie qui était également celle de mon père Artisan Plombier Chauffagiste, l’être humain est intelligent parce qu’il a une main… et non le contraire ! L’ Artisanat et le travail manuel, c’est précisément l’intelligence de la main. C’est la modestie de l’outil et l’excellence du résultat. C’est le savoir-faire humain ! manu-allicot-le-tailleur-de-pierre-

Le Tailleur de pierre : Lui c’est une fierté de l’artisanat d’art. Avec son burin et son marteau, il taille sans relâche un matériau réputé trés résistant, mais offrant néanmoins la facilité de quelques veines favorables.
Avec leur lourdes oeuvres, ils sont heureux de participer aux nombreuses manifestations d’art qui ourlent le Périgord. En recherchent savamment les matériaux qui leur permettent d’y briller.

manu-allicot-le-vannier

Le Vannier de châtaigner : Cousin trés proche des feuillardiers, le vannier de chataigner présente la particularité de travailler sur ce matériaux assez souple qui permet de fabriquer des paniers ou de petits éléments d’intérieur.

 

manu-allicot-le-luthier-photographe

Le Luthier: C’est l’artiste de la maison, l’orfèvre du bout de bois, sa virtuosité musicale en fait un spécialiste tous azimuthes des clefs de sol et de fa réunies, mais surtout des instruments à cordes tous confondus.Les bois en tous genres sont ses compagnons de route et il passe de longues, trés longues heures à accorder ses violons, pour innover, créer et développer de nouvelles formes, mariages d’essence boisées et de techniques, persuadés de la fabuleuse universalité de la musique.

manu-allicot-la-ceramiste-photographe

Le Potier : Avec ses trucs anciens comme la corde pour assurer la rotondité, il éprouve le bonheur de ceux qui à la fois batissent du concret et manient des chiffres sacrés comme le nombre d’or. Il reste un druide du savoir faire artisanal de toujours.

 

manu-allicot-le-marechal-ferrand

Le Marechal ferrant: Ce «Chausseur de chevaux» accompagnait sa présence agreste d’une profonde odeur de corne issue de la nuit des temps, lorsqu’un destrier se présentait à l’échoppe du «maréchal». Ce métier n’est pas perdu. Il avait ses règles et ses dangers. Les énormes clous de fer devaient coïncider parfaitement avec le sabot.

Pour découvrir l’univers «photo-graphique» de Manu Allicot vous pouvez vous rendre sur son site www.dementia-photos.com ou sa galerie en ligne pour commander des tirages de ses oeuvres sur le site 1x.com

Céline Anaya Gautier – Santiago au pays de Compostelle/ Le voyage initiatique d’un petit homme

Santiago au Pays de CompostelleDe 6 à 18 ans, Céline a vécu au Pérou, dont elle est originaire. De retour en France elle a exercé la profession d’hôtesse de l’air. Lors de ses escales, elle a visité avec passion les pays qu’elle a traversés, s’est confrontée à la misère et a décidé de s’investir dans l’action humanitaire, notamment au Pérou. Elle a d’abord travaillé à la Posadita del buen pastor à Lima, avec des enfants atteints du Sida, souvent orphelins, et toujours rejetés. Elle s’est également occupée d’enfants des rues exploités dans des usines à briques.
En 2003, elle a entamé son premier travail photographique Coeur de Femmes. Durant 2 années, elle a accompagné des femmes de la rue, de passage à la Halte, à Paris. « Être photographe répond à une volonté de témoigner, de transmettre une réalité poussée au-delà du premier regard. » Pour ce travail, elle a obtenu, d’une part, la bourse du Talent reportage Kodak, une bourse Défi jeune du Ministère de la Jeunesse et des Sports, et a fait partie des lauréats de la bourse Marcel Bleustein-Blanchet. Elle a publié, d’autre part, le livre Coeur de Femmes, en mars 2004, aux éditions de La Martinière.
En décembre 2004, elle a entrepris un reportage sur les coupeurs de canne à sucre haïtiens en République Dominicaine: Esclaves au Paradis. Elle a été à l’origine d’une campagne internationale de dénonciation des conditions d’esclavage auxquelles étaient soumis les coupeurs de canne dans les plantations dominicaines. Celle-ci a, entre autres, été soutenue par Amnesty International, la FIDH, le maire de Paris, Bertrand Delanoë et le rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme et de discrimination Doudou Diène.
Pour ce travail, Céline Anaya Gautier a été finaliste du grand Prix CARE International du reportage humanitaire et lauréate du prix de l’enquête du Festival du Scoop d’Angers en 2007. Ce sujet a déjà fait l’objet d’une centaine de publications dans la presse nationale et internationale.
Le livre Esclaves au Paradis, accompagné d’un CD de chants traditionnels des coupeurs de canne haïtiens, a été publié en avril 2007 aux éditions Vents d’ailleurs.

En 2008, elle publie son troisième livre « Le vrai goût du Cambodge » qui invite le lecteur à découvrir le pays « du sourire » à travers son art culinaire et sa culture.

En 2010, Elle réalise pour le cinquantième anniversaire de la Fondation Bleustein Blanchet 50 portraits de lauréats dont Allain Bougrain-Dubourg, Laurence Zigvogel, Yves Coppens, etc.

Santiago au Pays de Compostelle

Aujourd’hui, à 39 ans, Céline a écrit son premier récit «Dis maman, c’est encore loin Compostelle ?» sortie aux Editions Le Passeur pour lequel elle est lauréate du prix du témoignage 2015 du Pèlerin Magazine.Coeur de Femmes
En avril 2016, son nouveau livre-photo «Santiago au Pays de Compostelle» sortira aux Editions de la Martinière. Elle accompagne l’itinérance de ses expositions. Elle publie son travail personnel et collabore avec plusieurs magazines en France et à l’étranger. Elle est aujourd’hui représentée par la VOZ’Galerie.

Céline Anaya Gautier expose depuis 2003. En liste ses dernières expositions depuis 2008.

    • Avril 2016 Exposition Santiago au Pays de compostelle – Voz’Galerie – Boulogne Billancourt
    • Mars 2013 Exposition Coeur de Femmes – boutographies – Rencontres Photographiques de Montpellier
    • Septembre 2011 1950 2010 voir avec le regard de l’autre – exposition collective – Royal Monceau, Paris
    • Juillet 2010 Exposition 60 ans picto en Arles – exposition collective
    • Décembre 2009 Diaporama théâtre Marigny 50 portraits – 50 ans de la Fondation Bleustein Blanchet pour la vocation
    • Juin 2009 Exposition Coeur de Femmes – 9ème Festival de la rue – Parvis de Notre Dame, Paris
    • Mai 2009 Exposition Esclaves au Paradis – Espace Landowsi, Boulogne Billancourt, France
    • Novembre 2008 Projection Esclaves au Paradis – Angkor Photography Festival, Cambodge

 Bourses et prix

    • Novembre 2015 Prix du Témoignage Pèlerin Magazine pour « Dis maman, c’est encore loin Compostelle? »/li>
    • Mai 2014 Finaliste du Prix Hipa Internationale cathégorie « Street Life »
    • Mai 2014 Subvention pour le travail sur la Chasse à Courre par la Société de Vènerie de France
    • Avril 2008 Prix du livre Gourmand pour Le vrai goût du Cambodge – Périgueux
    • Novembre 2006 Prix de l’enquête pour le projet Esclaves au paradis – Festival du Scoop d’Angers

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Santiago au pays de Compostelle/ Le voyage initiatique d’un petit homme

Après avoir passé deux ans avec les femmes SDF à Paris pour son travail « Coeur de Femmes », Céline, photographe, part sur le chemin de Compostelle. Elle le parcourt maintenant depuis 10 ans. Pour elle, c’est un espace de silence, de partage, de recueillement où elle peut loin de tout mais entourée de la vie poser ses expériences, les digérer, les assimiler et se retrouver.Santiago au Pays de Compostelle

D’origine Franco-Péruvienne, elle a toujours été attirée par les rites de passage des anciennes civilisations. Elle prépare son fils Santiago, depuis ses 4 ans, à cette épreuve. Une épreuve où, pour devenir un petit homme, il devra se surpasser, physiquement mais aussi émotionnellement et spirituellement. En commençant par choisir lui-même son épreuve, et le moment où il sera prêt à la surmonter. Une nuit de ses 7 ans, Santiago a enfin choisi : « Maman, je veux aller sur mon chemin, le chemin de Santiago de Compostella et je te promets que, même si j’ai mal aux pieds, j’irai jusqu’au bout. » 13Petit_Homme©Céline_Anaya_GautierD’abord perplexe, elle l’avertit de la difficulté de son entreprise. Comme depuis le berceau elle lui répète qu’il est le descendant direct des Quechuas, qu’il est un petit guerrier des Andes et que « difficile n’est pas impossible », elle décide d’accepter, de le préparer et de l’accompagner dans cette aventure.

Mais elle, est-elle vraiment prête ?

Dossier de presse de l’exposition de Céline ANAYA GAUTIER
Santiago au Pays de Compostelle