Jasmine Debels – Lorsque la SLA se glisse dans votre vie

Qualified European Photographer.
Jasmine Debels (1971) Qualified European Photographer.

Jasmine Debels

Dans les images de Jasmine, l’individu est constamment en vue. A la recherche de la beauté et de l’équilibre, avec respect : c’est une constante qui en dit plus que des mots.

La Photographie signifie littéralement «écrire avec la lumière ». Pour Jasmine la photographie signifie «écrire sans mots et placer l’être humain dans la lumière’.

La caméra est l’instrument de sa conscience. Quand il y a du dramatique présent dans ses images, il a seulement un sens révélateur.

En 1994, Jasmine part pour le Sri Lanka et pour la première fois elle prend des photos. Une exposition suit.

Grâce à l’appareil photo numérique, Jasmine reprend en 2004 un appareil photo. Depuis la photo ne la quitte. En 2007, elle devient photographe indépendant et exerce le métier de photographe, en professionnel. En 2012, elle arrête son activité professionnelle : le circuit pro n’est pas pour elle et ne répond pas à ses aspirations. Jasmine poursuit la photographie mais autrement, sur les sujets qui la touchent. Sa photographie  est aujourd’hui socialement engagée, au service des autres, de ceux qui ont besoin d’aide.

Le travail photographique de Jasmine est caractérisé par une intense richesse d’images. La langue dans sa photographie se trouve dans les régions de la magie innommable, rayonne de la complexité est à la fois intrigante et simples. Son travail nous permet de rencontrer un état ​​d’individualité, d’une réunion avec les personnes vulnérables, le fort, l’essence intrinsèque de l’autre.

Avec le livre «Not Alone ‘elle nous fait voir l’effet destructeur du SIDA en Afrique et dans’ Aymuray » elle nous guide dans la pauvreté des paysans en Bolivie. Elle enregistre parfaitement les différentes couches de l’impact et l’affect, la douleur et la joie, la perte et l’espoir, toujours avec humilité et un profond respect. Ce qui touche son âme, fixe son objectif. Ses images ne sont jamais gratuites et invitent le spectateur à se joindre à l’esprit et le vrai qu’elle a peut rencontrer chez l’autre… cela nous amène à l’un des plus grands talents de Jasmine: dans le monde des ‘spectateurs’, elle est une ‘voyant’. Ronny d’Hulster.

AWARD

 – BURGERS IN AKTIE’, Fedactio, Brussels, Finalist, ALS (Amyotrofische Lateraal Sclerose), 2013

– BLACK&WHITE PHOTOGRAPHER OF THE YEAR, ‘Birth in Guinée’  2012 (Selection)

– QUALIFIED EUROPEAN PHOTOGRAPHER cat. reportage, ‘Not Alone’ 2011

– CIIP-CHINA, selection, ‘Not Alone’ 2011

– FEDERATION EUROPEAN PHOTOGRAPHERS, SILVER AWARD cat. reportage, ‘Not Alone’ 2011

– EUROPEAN PHOTOGRAPHER OF THE YEAR AWARDS , ‘Not Alone’ 2010 (Finalist)

– FEDERATION EUROPEAN PHOTOGRAPHERS, GOLD AWARD, cat. portrait, ‘Not Alone’ 2010

– FEDERATION EUROPEAN PHOTOGRAPHERS, SILVER AWARD cat. reportage, ‘Not Alone’ 2010

– FEDERATION EUROPEAN PHOTOGRAPHERS, BRONZE AWARD cat. reportage, Not Alone’ 2010

– FEDERATION EUROPEAN PHOTOGRAPHERS, BRONZE AWARD, Social category, ‘Indian Family’ 2009

– TREK MAGAZINE, travelphotography, France 2009

– THOMAS COOK, the best travel image, 1st prize, Gent Belgium 2009

– CANON- THE CHALLENGE, cat. Macro, European 2008 (Selection)

Exposition Barrobjectif 2013 :

Lorsque la SLA (sclérose latérale amyotrophique ) se glisse dans votre vie.

« Je discutais récemment avec Jasmine encore sur la visualisation de « force ».
C’est facile pour la force physique, pour la force intérieure c’est extrêmement difficile. La perception est souvent différente quand ont connait la personne.
Inconsciemment vous ajoutez cette connaissance lors de la visualisation de l’image, et comme cela vous croyez donc que vous voyez en fait la force.
Ce que me concerne vous n’avez pas besoin de chercher la puissance dans l’image elle-même.
Pour moi, participer à la séance photo, la volonté de partager mes moments intimes, ouvrir la porte de ma vie privée exige beaucoup de ce qu’on peut décrire comme la force.
Toute personne avec de l’empathie peu «voir» cela, no matter what ».

Alain Verspecht

La sclérose latérale amyotrophique (sla), est une maladie neurodégénérative des motoneurones de l’adulte. Elle est caractérisée par une dégénérescence progressive des neurones moteurs de la moelle épinière et du cortex cérébral avec destruction consécutive du faisceau pyramidal et de ceux de la corne antérieure de la moelle épinière avec destruction des unités motrices associées. Elle provoque une paralysie progressive de l’ensemble de la musculature striée des membres, du tronc (y compris les muscles respiratoires), et de l’extrémité céphalique. La maladie est généralement rapide et mortelle. Les patients atteints de sla meurent généralement en raison d’une insuffisance respiratoire. La durée moyenne de la maladie est d’environ trois à cinq ans.

La cause de la sla est inconnue. Elle touche les deux sexes et son incidence augmente avec l’âge à partir de 40 ans. En Belgique il y a 1000 patients. 200 patients meurent chaque année et il y a chaque année 200 nouveaux patients.

Alain Verspecht est né à Saint-Amandsberg (Gand) en 1968. Actif dans le mouvement de la jeunesse locale, il a exercé des sports jusqu’à sa trente-cinquième année de vie (football, tennis, squash, vtt). Il a fait de la moto, profité de la vie, essayé de construire quelque chose, et à raisonnablement bien réussi : gestionnaire dans diverses entreprises. Bref, ce qu’on pourrait appeler une vie stimulante et excitante, ici et là sur des routes pavées. Très heureusement marié avec Katrien (qui jour et nuit prend soin de lui), deux enfants, deux chiens, un cheval, deux chats et des mignons poulets. Une jolie maison dans un endroit calme avec des voisins fantastiques. Et puis, en 2006, les premiers symptômes de ce qui a été plus tard diagnostiqué comme la sla. Aujourd’hui, Alain a fondée une association avec l’intention de se concentrer davantage sur la maladie sla pour aider dans l’avenir d’autres patients.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *