Ana Maria Arévalo Gosen _Dias Eternos

Ana Maria Arévalo Gosen _Dias Eternos

Ana Maria Arévalo Gosen à reçu le prix Lucas Dolega en 2020 avec cette série « Dias Eternos”. Le crime et la violence enracinés dans la société vénézuélienne s’ajoutent à la misère économique qui sévit actuellement, et s’amplifient à l’intérieur de centres de détention préventive. La lenteur des procédures tient des milliers de femmes éloignées de leur famille pendant des mois.

Marie Dorigny_ Népal, le pays qui n’aimait pas les femmes

Marie Dorigny_ Népal, le pays qui n’aimait pas les femmes

Marie Dorigny, photographe depuis trois décennies, met en lumière les injustices sociales à travers des clichés engagés, souvent récompensés et exposés à travers le monde. En 2002, elle a été invitée d’honneur au festival, présentant une exposition poignante sur les femmes népalaises, confrontées à diverses formes de violence et de discrimination amplifiées par l’instabilité politique et économique.

Jane Evelyn Atwood – Trop de peines, femmes en prison

Jane Evelyn Atwood – Trop de peines, femmes en prison

Jane Evelyn Atwood, photographe primée, capture l’intimité des exclus depuis 1971. Son œuvre, récompensée internationalement, expose les réalités ignorées des prisons féminines. Elle met en lumière l’injustice, le traumatisme et la résilience des détenues, soulignant le besoin urgent de réformes. Elle était l’invitée d’honneur en 2012 et présente au 20 ans du festival.

Jane Evelyn Atwood-HAITI _ Mines anti-personnels – Femmes en prison

Jane Evelyn Atwood-HAITI _ Mines anti-personnels – Femmes en prison

Dans les années 2000, la violence en Haïti a augmenté. Jane Evelyn Atwood documente la vie quotidienne hors de Port-au-Prince. 2 – Les mines anti personnels mutilent sans discrimination. -3 De 1989 à 1999, jane Evelyn Atwood a photographié les femmes incarcérées dans 40 prisons de 9 pays. Exposition présentée en 2012 alors qu’elle était l’invitée d’honneur du festival.