Liste des photographes 2016

Liste des photographes sélectionnés pour l’édition Barrobjectif 2016.
L’invité d’honneur, pour cette nouvelle édition, est le photographe Cédric GERBEHAYE de l’Agence VU.

  • Charlie ABAD
  • Manu ALLICOT 
  • Céline ANAYA GAUTIER 
  • Jean-françois AUZANNEAU 
  • Philippe BELLE-CROIX 
  • Youry BILAK
  • Marion BILLOU
  • Nicole BONNEFOY 
  • Silvana BONVISSUTO
  • Xavier BOURDEREAU
  • Sophie BOURGEIX 
  • Jean-Pierre BOURON 
  • Nicolas BOUTRUCHE  
  • Florence BROCHOIRE 
  • Club Photo de Ruelle
  • Henri COLDEBŒUF   
  • Collectif Regards Croisés
    • Cyril ABAD – Hervé BEGOU – Philippe BLAYO – Elizabeth CHAR – Francis GIUDICE – Marcel JARRON – Gilles LANGE  - Olivier MACAIRE  - Elisabeth MAURICE  - James VIL
  • Tony DOUALAS
  • Pierre DUFFOUR
  • Ares DUVAL
  • Julien ERMINE
  • Corentin FOHLEN
  • Patrick FORGET 
  • Cédric GERBEHAYE (invité d’honneur 2016)
  • Antonio GIBOTTA
  • Laetitia GUICHARD
  • Francis GUIDICE
  • Jean-Daniel GUILLOU
  • Loïc GUSTON
  • Sébastien HUSTÉ
  • Thomas JOUHANNAUD 
  • 50/50 Anne JUNGMANN et Lionel GAUDIN 
  • James KEOGH
  • Estelle LAGARDE
  • Lauréats des Photographies de l’année
      • Sophie BOURGEIX (lauréate catégorie portrait)
      • Nicolas BOUTRUCHE (lauréat catégorie création numérique)
      • Didier CHARRE (lauréat catégorie nature et environnement)
      • Martin ITTY (lauréat catégorie publicité et entreprise)
      • William LAMBELET (lauréat catégorie mariage)
      • Hervé LE RESTE (lauréat catégorie nu)
      • Sylvie LÉZIER (lauréate catégorie mode et beauté)
      • Nicolas ORILLARD-DEMAIRE (lauréat catégorie animalière et catégorie paysage)
      • Jacques PION (lauréat catégorie reportage)
      • Michel RIEHL (lauréat catégorie architecture)
      • Isabelle SERRO (lauréate catégorie humaniste)
      • Cyril ZEKSER (lauréat catégorie culinaire)
  • Vincent LÉVRIER
  • Lycée de l’Image et du Son  Angoulême
  • Michel LIPCHITZ
  • Anne-Sophie MAUFFRÉ
  • Loïc MAZALREY
  • Collège de Montemboeuf
  • Romain PERROCHEAU
  • Noémie PINGANAUD
  • Jean-Louis PIQUEMAL
  • Olivier REMUALDO
  • Régis RIVIÈRE
  • Juliette ROBERT 
  • Michael ROEMERS
  • Arnaud ROINE
  • Maëva ROSSIGNOL
  • Marta ROSSIGNOL
  • Filip SANTENS
  • Isabelle SERRO
  • Service photographique du Ministère de l’Environnement
      • Arnaud BUISSON - Laurent MIGNAUX - Bernard SUARD
  • Hashem SHAKERI (Prix Lucas Dolega)
  • Dorothy SHOES
  • Gérard STARON
  • Jeanne TARIS
  • Théo SYNCHRO X
  • Olivier TOURON
  • Gérard TRUFFANDIER
  • Patrick VALLAU
  • Gilles VAUTIER
  • Rafael YAGHOBZADEH

What’s up MYOP – Correspondance photographique

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : What’s up MYOP

L’agence Myop a été fondée par des photographes dont la volonté est de défendre un mode d’expression trop souvent éloigné de son but premier et pourtant intrinsèque : informer.

Ils ont choisi de porter sur le monde un regard posé, dans lequel la subjectivité est assumée avec conviction. Plus qu’une simple agence de diffusion, MYOP est donc un lieu où chaque  acteur connaît la portée d’une image et son pouvoir d’imagination.
L’agence s’est construite grâce à l’énergie et au talent de chacun, devenant un outil efficace de présentation et de construction de projets et de reportages.
L’originalité de MYOP tient aussi à la diversité des regards. Issus de la photographie plasticienne, du photojournalisme ou du documentaire, les auteurs proposent chacun un regard pertinent et complémentaire sur le monde contemporain.

C’est la confrontation de ces regards qui fait la richesse de l’agence.

CORRESPONDANCE PHOTOGRAPHIQUE

http://Myop.fr

Les photographes:

-       Ed ALCOCK
-       Guillaume BINET
-       Lionel CHARRIER
-       Julien DANIEL
-       Philippe GUIONIE
-       Pierre HYBRE
-       Olivier JOBARD
-       Alain KELER
-       France KEYSER
-       Oan KIM
-       Olivier LABAN MATTEI
-       Stéphane LAGOUTTE
-       Ulrich LEBEUF
-       Olivier MONGE
-       Julien PEBREL
-       Pauline BERNARD
-       Frédi CASCO Frédi
-       Stéphanie GENGOTTI
-       Emilien URBANO

Cette année Myop fête ses 10 ans : 19 photographes, 19 façons de représenter le monde entre photojournalisme, documentaire et photographie d’art.

MYOP – Olivier Laban-Mattei – Survivre au cauchemar

IINVITÉ D’HONNEUR 2015 : le collectif MYOP

Olivier Laban Mattei sera présent à Barro le 19 et 20 septembre: il animera une conférence le samedi 20 et un workshop en partenariat avec Leica le  21 et le 22 septembre.

Des rescapés centrafricains à peine arrivés à la ville frontière de Garoua-Boulaï au Cameroun sont transférés par la Croix Rouge camerounaise, le 30 octobre 2014, vers le camp de réfugiés  de Gado à une vingtaine de kilomètres de là.<br /> La tension est palpable sur les visages. Après des mois d'errance dans la brousse pour échapper à leurs assaillants, ces nouveaux exilés pensent déjà à ce qu'ils vont devenir. L'une d'entre eux, la tête collée à la vitre, dira au moment où le bus entame sa traversée du camp : "c'est donc ça des réfugiés ?"

http://Myop.fr

Avec trois World Press, deux Prix Paris Match, deux Pictures Of the Year International (POYI), sans oublier un Prix Bayeux-Calvados et quelques autres distinctions, Olivier Laban-Mattei, à 37 ans, est un reporter chevronné. A BarrObjectif, il exposera un reportage réalisé en juin 2015 en Centrafrique « Survivre au cauchemar ».

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Survivre au cauchemar

Centreafrique. 2015Olivier Laban-Mattei / MYOP

À la fin de l’année 2013, la Centrafrique s’embrase. Les villages sont pillés et brûlés, des civils sont massacrés. Les organisations internationales de défense des droits de l’homme dénoncent unanimement les actes de torture, les disparitions et les crimes de guerre. Elles accusent les deux parties du conflit : les milices majoritairement chrétiennes et animistes appelées ‘anti-Balaka’ se vengent des exactions commises par les ex-Séléka (littéralement l’ ‘Alliance’ des musulmans) officiellement dissous. La frénésie meurtrière a atteint des sommets en Janvier 2014. Ni la force militaire française Sangaris ni la mission de stabilisation envoyée par l’ONU -Minusca- n’ont réussi à arrêter la spirale de la violence. Ce pays de 4,5 millions d’habitants a ainsi connu les moments les plus dramatiques de sa tumultueuse histoire depuis son indépendance en 1960. Près d’un demi-million d’hommes, de femmes et d’enfants ont pris la brousse pour fuir les atrocités. Et 330 000 autres, à majorité musulmane, des peuhls pour la plupart, ont entamé une longue marche vers les pays voisins. Au total, dix pour cent de la population vit aujourd’hui en exil. En quelques mois, près de 130 000 Centrafricains ont trouvé asile dans l’est du Cameroun, épuisés, blessés, souffrant de malnutrition avancée. Pour eux, il n’est pas question d’envisager un retour rapide en Centrafrique. La situation sécuritaire reste trop instable et les souvenirs des atrocités sont encore trop frais. Qu’ils soient déplacés dans leur propre pays ou réfugiés dans un pays voisin, les traumatismes psychologiques sont immenses pour les victimes du conflit.

Centreafrique. 2015Olivier Laban-Mattei / MYOP

En Centrafrique, dans la capitale Bangui ou en province, comme à Yaloké, des enclaves ont rapidement vu le jour, accueillant des populations minoritaires encore menacées de mort si elles s’aventurent à l’extérieur. Ces lieux de détresse humaine sont devenues le symbole du drame qui perdure, alors que leurs habitants sont souvent abandonnés à leur sort, affamés, mourant.

NIGERIAN_REFUGEES_8

La réconciliation nationale prônée par le gouvernement de transition et certaines organisations internationales reste un vœu pieux, alors que les deux principaux camps opposés n’ont toujours pas déposé les armes et se sont peu à peu mués en bandes criminelles organisées semant la terreur sur leurs territoires.

Sidi-omar Alami – « Se retrouver là-bas »

thib-oregon-calif

S-O-Alami-photographe Sidi-Omar Alami

Portrait de Sidi-Omar Alami

Je m’appelle Sidi-Omar Alami, j’ai 21 ans, je suis né le 22/09/1993 à Senlis dans l’Oise. J’exerce en tant que photographe depuis 2014. Voici mon histoire : après un échec en Faculté de Médecine, j’ai décidé de me lancer dans la photographie.
Ayant découvert l’art de la photographie depuis 3 ans en autodidacte. Depuis 1 an, je me consacre pleinement à cette discipline, parcourant le monde seulement accompagné de mon appareil photo et de mon sac à dos. J’aime à partager des expériences uniques, découvrir d’autres cultures et apprendre plus sur moi-même et afin de me reconstruire d’où le titre

 » Se retrouver là-bas « .
Ce périple a duré 9 mois, et j’ai traversé plusieurs pays dont : Les Etats-Unis dont Hawaï, L’Islande, La Suède, Le Quatar, Le Maroc, La Belgique, L’Allemagne, La Suisse, L’Espagne, Singapour, La Malaisie, L’Indonésie, ainsi que L’Australie.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Se retrouver là-bas 

C’est en Juin 2014, n’ayant alors que 20 ans, que je décide de prendre  mon premier vol et ce pour les Etats-Unis. Débute alors une expérience incroyable d’un mois dans la ville de New-York City. skateboarding-in-ArizonaNe connaissant alors personne sur le territoire américain, j’ai du me débrouiller seul et j’ai cherché à me loger chez l’habitant. En effet j’ai été  hébergé par des gens fantastiques à Brooklyn et  par un Trader français dans un building à Broadway ( Manhattan ) qui m’a ouvert les portes de son appartement luxueux pendant une dizaine de jours, alors que je m’apprêtais à me retrouver à la rue. Je prenais un plaisir fou à discuter avec des « sans-abris » New-yorkais,  apprenant ainsi de leurs histoires.
amanda-sleeping

On-the-road-somwhereJe vous assure que pour un gamin de 20 ans c’était une expérience incroyable que d’arpenter les rues new-yorkaises avec son sac à dos et son appareil photo.

 

Jérôme Bardenet – Vers l’Est

Bardenet-Jerome_Roumanie_013Jérôme Bardenet est un photo-reporter institutionnel de 37 ans vivant à Niort et travaillant essentiellement dans le sud-ouest de la France ainsi qu’à l’étranger.
Autodidacte, sa pratique s’est enrichie au contact des autres et son regard s’est forgé au gré de ses expériences personnelles.
A travers ses travaux d’auteur, il s’intéresse à l’humain au sens large, à la singularité des peuples, leur histoire passée, présente et future.

Bardenet-Jerome-Portraitjpg

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Vers l’Est

Avec le temps, l’Europe s’est agrandie, s’est construite en partie sur les ruines de l’URSS. Une Europe en crise à présent, qui se cherche, qui n’a pas tenu toutes ses promesses. Les espoirs déçus laissent la place pour certains russophones à une nostalgie du bloc soviétique.
Bardenet-Jerome_Roumanie_015Vers l’Est est né de l’envie de vérifier un sentiment, des émotions déjà ressenties lors d’un précédent voyage en Hongrie. L’abandon. La mélancolie. Il s’agit de retranscrire une atmosphère propre à l’ancien bloc de l’Est, dans sa généralité, sans que l’on ne puisse reconnaître un pays en particulier.

Bardenet-Jerome_Roumanie_014

Ces photos, dénuées de vocation politique, s’attachent à recueillir les signes du passé, telles des cicatrices encore visibles, comme un témoignage subjectif de l’ambiance des lieux.
Réalisé à l’est de la Roumanie, Vers l’Est est une première partie d’un projet de plus grande envergure construit avec mes camarades du collectif Corto.

Bardenet-Jerome_Roumanie_003