Thierry Laporte – Portrait

Né en 1971, il commence sa carrière de photographe en 2002 après avoir suivi une formation avec Philippe Bachelier. La même année, il travaille avec Dominique Colin, photographe professionnel, au Pôle cirque de Nexon dans le cadre du Festival Images en Scènes. Son intérêt pour la photographie a émergé dès l’enfance. Grâce à son premier polaroïd 1000 qu’il reçut à l’âge de 8 ans, il se lance dans la photographie et saisit ses premiers clichés pendant les vacances familiales à l’île de Ré. Depuis, il poursuit ses expériences en tant que photographe indépendant et réalise des images très variées, dans des styles différents. Il est à la recherche d’une esthétique réinventée, d’une émotion, d’un instant vivant qui s’offre à lui. Il travaille pour la presse en tant que photojournaliste et publie dans la presse régionale et nationale (L’Echo, Le Populaire du Centre, L’Humanité, Le Figaro). Dans cette confrontation au réel, il développe une prise de vue instinctive et contemporaine en s’adaptant à chaque situation. Cette pratique régulière lui permet d’ancrer une approche singulière et spontanée que l’on retrouve dans sa photographie de scène. Entre deux répliques, entre deux regards, il y a ces instants scéniques à immortaliser. Ils suspendent un moment de grâce, une tension, une émotion. Ils gardent trace de cet art de l’éphémère et nous racontent des instants d’humanité. L’humain est un axe récurent dans son travail d’auteur. Dans ses portraits, il s’agit de saisir une intimité, d’attendre l’instant, où le modèle laissera échapper la part belle qu’il en porte en lui. Il s’agit d’une altérité, être à l’écoute de l’autre pour tenter de faire surgir une vérité. Dans le travail de commande, il propose une esthétique inhabituelle. Il capte des moments pris sur le vif par une proximité avec son sujet et contourne ainsi l’évidence. Il retranscrit une réalité sous un angle nouveau. Il rencontre le photographe Guy Delhaye qui l’accompagne dans ses aventures scéniques ainsi que Richard Dumas (Agence Vu) qui le conforte dans son approche humaniste. Les expositions lui permettent de confronter son approche personnelle au regard du public et de faire évoluer sa pensée photographique au cours d’un moment de partage.

Portrait Thierry Laporte (web) © Thierry Laporte

 

Expositions

2014 : exposition au Théâtre de l’Union.
Collaboration avec le Conseil général de la Haute- Vienne.

2013 : exposition avec le photographe Guy Delahaye dans le cadre du Festival Kaolin et Barbotine. Exposition dans les rues et à la médiathèque de Bellac. Exposition au Centre culturel Yves Furet (La Souterraine).

2012 : exposition à l’Opéra-théâtre de Limoges

2011: exposition des photos de scène au Centre Culturel Jean Gagnant

EXPOSITION BARROBJECTIF 2014 : Portraits

Regarder les passants dans la rue. Capter un regard, entrevoir une gueule et puis aller à la rencontre de cette personne. Se présenter, dire quelques mots sur le travail et imaginer déjà la possibilité d’un portrait. Se donner rendez-°©‐vous dans une boutique de Bellac transformée pour l’occasion en studio photographique et attendre. Un tabouret, des rideaux noirs, quelques flashs, la mise en scène est là. Une lumière sur le visage qui ne triche pas. Elle crée une nudité, elle dévoile le paysage secret d’un visage. Un portrait, c’est la rencontre entre deux personnes, entre deux regards, entre deux désirs. Il s’agit maintenant de saisir cette intimité. Il s’agit en fait d’attendre l’instant où elle ne posera plus. Attendre l’instant, où elle laissera échapper quelque chose de son être. C’est un équilibre fragile. Parfois, c’est le modèle qui résiste au photographe. Parfois, c’est le photographe qui résiste à son modèle. Trois à quatre minutes, sept ou huit clichés, c’est le temps de faire ou de ne pas faire cette photo. Échanger, sentir, éprouver ensemble nos regards, nos énergies pour tenter de faire surgir une vérité entre nous. C’est là. Le modèle ne cherche pas à être plus beau, ou plus ceci ou plus cela. Les traces d’une vie se lisent sur son visage. Elles sentent la suie et la terre d’argile séchée. Les scintillements vécus, les chagrins oubliés, l’espoir des beaux jours à venir s’offrent à nous.

Portraits © Thierry Laporte (3) Portraits © Thierry Laporte (2) Portraits © Thierry Laporte (1)