Thomas Morel-Fort _ Filipinas – de Paris à Manille, une diaspora de la domesticité

..PRIX CAMILLE LEPAGE 2019..

Photographe prix Camille Lepage

Thomas MOREL-FORT est basé à Paris, il est membre du Studio Hans Lucas depuis 2015.

Après des études à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle
( INSAS ) à Bruxelles et un parcours universitaire à la Sorbonne ( licence en Philosophie) et à la Sorbonne Nouvelle ( licence de Cinéma Audiovisuel ), Thomas Morel-Fort décide de se consacrer pleinement à la Photographie.

© Axelle de Russé / studio Ambratype

En 2012, il travaille chez SIPA PRESS puis au journal Le Parisien pour couvrir l’actualité nationale entre 2012 et 2015.

  • 2016 il est finaliste du Days Japan International Photojournalism pour sa couverture des attentats parisien du 13 novembre 2015
  • 2018 Lauréat du Prix des Photographies de l’année catégorie « Humaniste » pour sa couverture de la crise des réfugiés rohingyas au Bangladesh
  • 2019 Lauréat du Prix des Photographies de l’année catégorie « Reportage » pour sa couverture du mouvement des gilets jaunes
  • 2019 Il reçoit le Prix Camille Lepage au festival VISA POUR L’IMAGE pour son enquête de 5 ans sur les employées domestiques philippines

L’association Camille Lepage — On est ensemble a été créée en septembre 2014, quelques mois après la mort de Camille Lepage en Centrafrique. Elle a pour but de promouvoir la mémoire, l’engagement, et le travail de Camille. Le Prix vise à encourager un photojournaliste engagé dans un projet au long cours. Le prix Camille Lepage soutenu par la SAIF permet aux photographes de poursuivre leur travail au long cours. C’est ainsi que Thomas à pu prolonger son reportage « Une vie à servir » exposé en 2018 à Barro.

Avril 2016, une employée domestique philippine fait la vaisselle à bord d’une péniche, le long de la Seine.

..EXPOSITION BARROBJECTIF 2020 : Filipinas – de Paris à Manille, une diaspora de la domesticité.. 

L’exil des femmes des pays en développement, qui vont travailler au service de familles aisées dans les pays riches, est une tendance qui ne fait que s’accentuer au XXI siècle. Elle est le reflet du renforcement des inégalités entre ces pays. L’émigration des femmes philippines en est un parfait exemple. Avec près de 10 millions de Philippins qui vivent et travaillent à l’étranger, soit environ 10 % dela population de l’archipel, les Philippines sont considéré comme un des premiers pays exportateur de main-d’oeuvre au monde. Cette activité s’inscrit depuis des dizaines d’années dans la stratégie des gouvernements qui se sont succédés, comme un levier essentiel de l’économie nationale : les transferts d’argent envoyés par cette diaspora y représentent autour de 10 % du PIB. Mais à quel prix ?

En France, ils sont près de 50 000, main-d’oeuvre quasi invisible, souvent sans papiers, dont 80% de femmes, les FILIPINAS. Autant de vies d’exil, de vies de famille sacrifiées pour gagner et transmettre de quoi améliorer le quotidien de ceux qui sont restés, et plus encore, financer
la scolarité et les études des enfants pour un avenir enfin meilleur. Toutes employées domestiques ou nourrices, les FILIPINAS en France travaillent essentiellement dans l’ouest parisien ou dans des villas de la Côte d’Azur pour des familles venant des Pays du Golfe. Le plus souvent exploitées par des employeurs qui bénéficient de l’immunité diplomatique et soumises à la précarité de leur statut de sans papiers, elles affrontent ces obstacles grâce à l’organisation et la solidarité de la communauté philippine en France, sorte de monde invisible où elles retrouvent des éléments de leur culture et nouent des
liens d’amitié.

6. Mai 2016, Côte d’Azur. Donna s’assure que chaque porte et fenêtre de la villa soient closes avant que le jour ne tombe. De mai à août 2016.

J’ai voulu témoigner de l’histoire intime de ces FILIPINAS, aux vies déchirées, scindées en deux par ce long exil entre leur pays d’accueil et leur terre natale.

En France, leurs conditions de travail dans les appartements parisiens, le climat d’exploitation de leur clandestinité dans une villa de la Côte d’Azur, les moments de réconfort apportés aussi par leur communauté parisienne . Aux Philippines, à la rencontre de leurs familles, parents, maris, enfants restés au pays dans la pauvreté en montrant les améliorations plus ou moins effectives obtenues grâce à leurs transferts d’argent. Ces familles payent un prix exorbitant aux séparations qui résultent de l’exil: le sacrifice des mères pour la génération suivante, prive les enfants de leur présence et de leurs soins. Le seul remède pour tenter de compenser cette absence est d’utiliser d’autres relais, essentiellement l’usage devenu rituel du téléphone portable. Depuis 5 ans j’ai ainsi suivi dans l’intimité le parcours de ces Filipinas, et grâce à une relation de confiance nouée au fil des ans, j’ai pu me rendre aux Philippines, rencontrer les familles de deux d’entre elles, Jhen et Donna. Devenues amies au sein de la communauté philippine parisienne, elles viennent de deux régions très différentes des Philippines.

Donna , 42 ans, vient d’une famille de paysans pauvres installée dans un village rural des montagnes à 300 km de Manille. Ses parents ont toujours cultivé la terre. Elle s’est mariée très jeune et a 4 enfants. Elle rêvait de devenir infirmière mais s’est exilée pour payer les études de ses enfants. Avant d’arriver à Paris il y a 8 ans elle a dû payer un passeur 13000 euros et a fait des ménages au Danemark et en Islande. À son arrivée à Paris, sans papiers, elle travaillait à plein temps pour une riche famille des pays du golfe, dans le 16eme arrondissement et dans une villa de la côte d’azur. Elle avait prévu de récolter suffisamment d’argent pour fonder une entreprise de taxi avec ses frères mais les dépenses quotidiennes pour sa famille et les frais de scolarité de ses enfants l’ont obligée à abandonner ce projet. Aujourd’hui c’est sa fille ainée, Nicole, 21 ans qui a réussi à décrocher son diplôme d’infirmière, une grande fierté pour Donna. Elle ne sait toujours pas quand elle pourra rentrer aux Philippines. Cela fait 8 ans qu’elle n’a pas vu ses enfants ni sa famille.
Jhen, 37 ans, est arrivée à Paris il y a 7 ans. Elle travaille également pour une princesse saoudienne mais pas à plein temps. Elle a également d’autres patrons chez qui elle fait des ménages. Comme la plupart de ces « Filipinas » elle vit dans une chambre de bonne de moins de 9 m2 du 16ème arrondissement de Paris. Comme Donna elle envoie la quasi totalité de ses revenus aux Philippines, où elle a laissé ses deux enfants et son mari. Ils vivent en milieu urbain, à Cavité, ville de 100 000 habitants à 2 heures de Manille. Elle aide par ailleurs financièrement ses deux sœurs dont elle est très proche, et qui habitent également à Cavité. Malgré cet entourage très soudé, Jhen s’inquiète pour ses enfants : Son fils n’assiste plus au cours de l’école privée très coûteuse à laquelle il est inscrit et que Jhen continue à payer. Bien que très studieuse, sa fille, Jennidel, 17 ans, est enceinte d’un camarade de classe, ce qui compromet la poursuite de ses études.