Élodie Rivereaud – L’aviation dans tout ses états

Élodie Rivereaud est passionnée depuis son enfance par ces gigantesques oiseaux de fer, étudiante en sciences de l’industrie, en vue de préparer un BTS aéronautique, et par la suite souhaite réaliser un rêve, devenir photographe aéronautique au sein de l’Armée de l’Air. Son loisir est d’être au bord d’une piste à photographier petits et gros aéronefs. Elle a obtenu son Brevet d’Initiation à l’Aéronautique, et depuis janvier 2015, elle côtoie les nuages tout en réalisant des prises de vues d’aéronefs ou encore de paysages. A dix-sept ans seulement, elle parcourt déjà les shows aériens dans la France entière à la recherche de la prise de vue parfaite.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : L’aviation dans tout ses états

Le monde du show aérien Coup de cœur AdoFextival Barrobjectifest un art où le vol est souvent poussé à ses limites.

À travers cette série, je souhaite vous faire partager les plus belles illusions que les pilotes peuvent nous faire paraître, avec ou non la présence d’agréments tels que le fumigène, l’artifice ou encore l’eau.
Ces prises de vues ont été réalisées pour la plupart lors de shows aériens en 2015 et 2016 dans la France entière.

 

Laurent Pouget – La maison de famille

Petit je rêvais d’être astronaute, je passais mon temps, le nez pointé en l’air à observer la beauté du ciel et de la nature. Aujourd’hui, je revendique ce côté contemplatif, mais mon regard s’est porté vers d’autres étoiles…

Mon travail photographique, initié de façon «sérieuse» en 2000, s’inscrit principalement dans l’humain, sa position dans la société ou l’influence de celle-ci sur son comportement, son âme.

Co-fondateur de l’association Ethnovision, j’ai longtemps travaillé aux côtés d’une ethnologue. Passionné par la nature humaine, j’aime montrer à travers mes images les gens tels que je les ressens, tels qu’ils me touchent. Je donne à lire des lieux de vie des empreintes de passage.

Techniquement, je suis photographe autodidacte. Je préside le photo-club Salaisien depuis 15 ans. Je pratique aussi bien la photographie argentique que numérique ; sans appareil ou du sténopé au photophone. Pour moi, l’appareil est un outil pour exprimer ce que je ressens… reste à trouver le bon outil !

www.laurentpouget.fr

Laurent Pouget

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : La maison de famille

Comme un souffle qui vous traverse et pour un instant vous interpelle. Puis, vous plonge dans ce qu’on porte en soi, que l’on croyait oublié, mais qui enfoui bien profond, rejailli avec force à la surface et vous rend fort.

Un voyage dans un lieu familier, sans bouger, sans partir. Un voyage qui vous façonne, qui vous fait ou vous défait.
Une maison de vacances vouée à disparaître à court terme de l’univers familial et un retour avant qu’il ne soit trop tard sur les lieux de l’enfance. Un reportage, une empreinte de vie figée dans le temps, dans les murs de basalte noir, dans le patrimoine personnel vivant…

Retour sur des instants intimes, des souvenirs, des rires d’enfants, des émotions, des images, des sons voire des odeurs… sans mise en scène.

Loïc Petiteau – Berlin d’Est en Ouest

Loïc Petiteau est originaire du Loroux-Bottereau en Loire-Atlantique , il débute la photographie à 12 ans. Marié avec deux enfants, il intègre la Charente en 1990 pour exercer son métier de sapeur-pompier ; en retraite depuis le 1er mai 2017. Il Pratique la photo au sein du club photo de Ruelle, a collaboré à différentes revues et maisons d’éditions ; expose au Festival International de diaporama en 1996 à Ruelle.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Berlin d’Est en Ouest

Juxtaposition de photos prises à Berlin en 1978 et 2015, où deux régimes, deux époques, deux mondes, ont vécu l’un à coté de l’autre, en Europe, seulement séparés par un mur.

1878 – Le plan du métro ou figure l’emplacement du mur et les stations fermées ne sont plus, aujourd’hui, que souvenir – 2015

En 1978, je découvre l’ambiance de ce fameux bloc soviétique où la paranoïa de la
surveillance est à son comble. Découvrir Berlin Est et ses interdits devient alors le passe temps de la journée, car, hanté par l’oeil de Moscou, la pratique photographique
devient tout un art mais aussi un jeu. Il faut dissocier la photo autorisée de celle qui ne l’est pas mais souvent bien plus excitante à réaliser.
Berlin-Est est une autre planète avec tout ce qui l’oppose à la société de consommation, une autre monnaie, un autre état d’esprit où attendre et faire la queue devant un magasin est quotidien dans une ville triste et sans couleur.

1878 – Dans une circulation fluide, la marque de voiture Trabant va connaître une carrière mythique, elle est devenue à nos jours un culte.

J’ai souvenir d’une flamme qui brûlait en permanence à Berlin-Ouest dans un square où il était inscrit sur une plaque que « cette flamme s’éteindra le jour de la réunification des deux Allemagnes ». Le 9 novembre 1989, il est impensable et inimaginable que la chute du mur soit aussi rapide, la volonté de la rue et d’un peuple aux abois, assoiffé de
liberté a eu raison d’un système et a gagné. En 2015, la plus grande difficulté fut de retrouver les lieux que j’avais croisés en 1978 tellement l’Est était devenu identique à l’Ouest. Une ville abandonnée pendant de longues années sous l’emprise communiste était devenue un immense chantier où la profusion des constructions a changé à jamais la physionomie de Berlin et de la Potsdamer Platz. De la volonté allemande, une page s’est rapidement tournée. Le passé n’est pas pour autant oublié mais Berlin est redevenu aujourd’hui la grande métropole d’avant guerre, une capitale incontournable en Europe.

Brennan O’Connor – Prix Lucas Dolega – Paix et développement

Brennan O’ Connor  a travaillé pour les grands médias de son pays avant de se consacrer aux événements négligés par la presse. C’est en 2010 qu’il est parti dans le sud-est de l’Asie, poursuivant ses travaux sur les ethnies minoritaires de la Birmanie. Voyageant ainsi dans toute la région, il a photographié rebelles, migrants et réfugiés aux marges de cette société. N’acceptant que rarement des commissions, il s’autofinance et se concentre sur ce projet.
Son travail a été vu aux festivals photo d’Angkor et de Yangon, et inclus dans les journées photographiques Fotograf Vakfı en 2016. Ses photos des marges birmanes feront l’objet d’une publication en livre.
Il a reçu le Prix Lucas Dolega 2017

www.brennanoconnor.photoshelter.com

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Paix et développement

Paix et développement -1

Les enfants soldats qui ont quitté l’armée de Birmanie sont détenus à Laiza, siège de l’Armée de l’Indépendance de Kachin (KIA) situé près de la frontière chinoise. Le KIA s’est battu avec le gouvernement depuis son licenciement de dix-sept ans en 2011, la même année, des réformes ont été introduites.

Le combat que depuis plus de soixante ans l’armée de Birmanie mène contre les ethnies minoritaires a fracturé ce pays. Les réformes tentées par le régime quasi-civil qui a remplacé la dictature militaire n’ont pas abouti à une paix durable. Le nombre de réfugiés qui fuient devant les combats, se poursuivant en grande partie dans le nord du pays, crée une situation grave, situation qui n’a pas vu d’amélioration depuis l’accession au pouvoir du gouvernement NLD sous la tutelle d’Aung San Suu Ky.

Ce projet trace le processus de réforme depuis ses débuts en Birmanie, et montre une image saisissante des efforts vers la paix dans ce pays troublé. Des lignes de démarcation entre les groupes armés, dont certains ont cessé le feu, d’autres non, qui se battent contre l’armée et quelquefois entre eux, jusqu’aux camps où des milliers de villageois déplacés et oubliés contemplent un avenir incertain, privé des subventions des agences de l’ONU.
Là où un cessez-le-feu a ouvert la voie aux finances internationales, ces photos montrent les effets que, sous le nom de développement, ces projets miniers ou énergétiques pourront avoir sur les minorités ethniques.

Paix et développement-2

Un soldat de l’armée de l’indépendance de Kachin détient des mines terrestres qu’il a faites dans un camp de l’armée de première ligne. Deux semaines plus tard, il a été tué après avoir explosé en la plantant dans la jungle.

Jean-Michel Nossant – La classe maternelle d’Élouan

Portrait Jean-Michel NossantJean-Michel Nossant est né le 21 décembre1959 à Angoulême, il a une vaste expérience professionnelle, tant pour les médias que pour les clients corporatifs. Pigiste à différents magazines, il a fait des reportages grand public, et ses photos ont connu une large diffusion dans la presse à l’étranger, aux États-Unis et au Japon.
www.jmnossant-photographe.com

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : La classe maternelle d’Élouan

Élouan ne va pas à l’ ecole maternelle, lui sa maternelle c’est participer et s’ épanouir en participant aux activités de ses parents qui sont agriculteurs biologiques.Bioussac, France-2017

Au lieu-dit Oyer, près du village de Bioussac en Charente, Lucie, Jonas et leurs deux enfants, Nouria 10 ans, et Élouan 5 ans, vivent dans la ferme familiale depuis six ans.Élouan ne fréquente pas l’école maternelle, ses parents préfèrent l’école de la vie à la ferme. Ils ont choisi l’instruction en famille : « Élouan ira à l’école quand il sera prêt. » Élouan est épanoui et a plaisir à apprendre avec ses parents les choses de la vie.

Jean-François Mutzig – Des éléphants et des hommes

©Aline Weiss

Sa vocation commence à Lille où il est né en 1962. Il a 14 ans lorsque son oncle l’initie au travail du laboratoire de développement : mystère des secrets de manipulations dans l’obscurité, magie de l’apparition de l’image, moment incomparable où l’artiste se fait artisan. Le goût de ce travail ne le quittera plus, même lorsqu’il passera naturellement à la photographie numérique.

Placé sous de tels auspices, il entre apprendre le métier à l’École de Photographie de Lille en 1980, formation suivie de trois années d’activité en laboratoire professionnel de développement noir et blanc. En 1984, il va à la lumière et s’installe à Manosque dans les Alpes de Haute Provence.

Depuis 1990, Jean-François Mutzig mène de front une activité de journaliste dans la presse régionale et un travail de reporter free-lance qui l’amène à publier ses images.

Jean-François Mutzig porte un regard ébloui sur sa région d’adoption. Ses photographies ont fait l’objet de plusieurs livres et publications dans des magazines. Il a partagé pendant un an au gré du vent le quotidien des pilotes de la société France Montgolfières, aventure dont il a tiré la matière de l’album «La Provence en ballon».

En tant que reporter, Jean-François Mutzig s’intéresse à l’évolution du monde actuel et ses conséquences culturelles ou environnementales. Il pose un œil bienveillant sur l’humanité sous toutes les latitudes : des images prises dans un grand respect du sujet, qui en font ressortir toute la dignité et qui mettent en avant des liens de confiance entre le photographe et la personne photographiée.

Son projet au long cours sur le thème «Des éléphants et des hommes» synthétise l’esprit de sa démarche de photographe. Pendant douze ans, Jean-François Mutzig a sillonné l’Asie pour portraiturer l’animal dans sa relation ancestrale avec l’homme. Ce travail lui a valu le Prix Spécial du Jury au prestigieux «Days Japan» International Photojournalism Awards 2017 pour son reportage sur le débardage des bois précieux en Birmanie.

En ces moments de mondialisation effrénée et d’uniformisation des modes de vie, il va à la découverte de comportements humains authentiques. Ses images s’attachent à montrer l’homme dans son activité quotidienne et à débusquer comme des valeurs rares mais sûres, l’harmonie et la paix qu’il entretient avec ses congénères et son environnement.

Jean-François Mutzig s’est vu décerner en 2015 la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres par la ministre Fleur Pellerin.

Georges Rinaudo

Deuxième prix au concours « Les photographies de l’année » édition 2017, dans la catégorie paysage.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Des éléphants et des hommes

La main sur la trompe Laos (2013)

Ma première rencontre avec l’éléphant remonte à 1999 au zoo d’Hanoï où je terminais mon reportage sur les mineurs du Fleuve Rouge. Je m’apprêtais à photographier une éléphante lorsque celle-ci a fouillé de sa trompe mon sac photo sous les yeux des enfants rieurs, médusés par la scène qui venait de se jouer devant eux.

Sur les bords du Gange Inde (2015)

Ce fut un contact déterminant, car je réalisais alors qu’il existait entre l’homme et cet animal mythique, omniprésent dans la culture asiatique, une relation très forte établie par des siècles de cohabitation et de collaboration. Mais je constatais aussi, malheureusement, que l’éléphant courait à l’extinction.

Mon travail photographique privilégie ce lien entre l’éléphant et l’homme. Du Sri Lanka au Vietnam, en passant par le Laos, la Thaïlande, le Cambodge, la Birmanie l’Inde et le Népal, je me suis attaché à saisir les gestes attentionnés des cornacs et les réactions de l’animal. Plus généralement, j’ai photographié l’éléphant au milieu des populations locales pour caractériser cette relation ancestrale, faite d’affection et de domination.

La Toilette de l’éléphant Sri Lanka 2006

À l’état sauvage, les éléphants peuplaient autrefois les forêts du Sud-est asiatique. La démographie galopante des pays d’Asie a réduit drastiquement leur espace naturel de vie. Ils ne sont plus que quarante mille aujourd’hui et la pyramide des âges n’inspire pas un grand optimisme quant à la perpétuation de l’espèce.

Très largement utilisés pour le débardage dans les forêts, c’est encore le cas au Myanmar, les éléphants domestiques sont concurrencés par la machine. Ils ne sont plus rentables. De nos jours, ils sont destinés aux attractions touristiques, une basse besogne qui leur confère néanmoins un nouveau statut de travailleur. Le Laos, pays du million d’éléphants n’en compte plus qu’un millier et demi.

Pour parfaire son malheur, il est pourchassé, car la contrebande de son ivoire alimente un juteux commerce.
La survie de l’éléphant dépend donc d’initiatives particulières, mais surtout de décisions politiques radicales que certains états commencent à mettre en œuvre. La protection de l’animal relève de mesure d’urgence.
À ma manière et avec mes moyens, j’entends sensibiliser le public à la sauvegarde de l’animal pour enrailler la dynamique infernale qui le conduit à sa perte.
Un travail qui au fil de mes reportages publiés et présentés sous forme d’exposition participe à ce mouvement de prise de conscience. Ainsi s’amorce une synergie porteuse de l’espoir qu’un jour renaisse dans le monde l’harmonie entre l’éléphant et l’homme.

Mila Plum’s – Speed dating

Mila Plum’s est photographe-amateur. Sa série s’est construite sur 2 ans au Centre Pompidou de Metz.
Elle a posé mon regard sur les différentes expositions mais également sur l’architecture du lieu en y incluant toujours un homme.

Pourquoi  » Speed dating  » ?
Parce que tout est éphémère,
l’exposition comme la visite de l’homme dans ce musée, un monde en perpétuelle mutation esthétique.
Elle a voulu montrer qu’il peut exister une symbiose sentimentale, aussi furtive soit elle, entre l’homme et l’œuvre d’art ou le lieu. depuis un peu plus de 3 années, elle reste autodidacte dans l’âme.
Mila Plum’s est littéralement passionnée par le noir et blanc avec une attirance particulière pour les scènes de rue, l’homme restant son sujet de prédilection.
Elle attache beaucoup d’importance à ses compositions, tout doit être bien en place afin de pouvoir conter une histoire. Chaque image doit avoir du sens et ne pas se limiter à une simple prise de vue.
Au fil du temps, elle s’est suis dirigée vers le graphisme urbain et l’architecture. Elle passe de nombreuses heures à arpenter les musées et parcours de nombreux kilomètres pour trouver des lieux particuliers avec toujours comme axe de recherche des lignes, une présence humaine et surtout de belles lumières.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Speed dating

Ma série s’est construite sur 2 ans au Centre Pompidou de Metz.
J’ai posé mon regard sur les différentes expositions mais également sur l’architecture du lieu en y incluant toujours un homme.
Pourquoi  » Speed dating  » ?
Parce que tout est éphémère, l’exposition comme la visite de l’homme dans ce musée, un monde en perpétuelle mutation esthétique.J’ai voulu montrer qu’il peut exister une symbiose sentimentale, aussi furtive soit elle, entre l’homme et l’œuvre d’art ou le lieu.

Gilles Mercier – Zona de Alb

Autodidacte, Gilles Mercier, s’installe à Paris à la fin des années 90 afin de parfaire ses connaissances techniques (Centre Iris).
Photoreporter collaborant avec des fondations de type Raoul Follereau, ou encore avec des  collectifs tels Lumen et SynchroX, Gilles Mercier participera à différentes expositions collectives (Espace Confluences…)

 

Se perfectionnant dans un même temps aux techniques de laboratoires argentiques, il assurera des missions d’assistants techniques auprès de AC Barbier. Suite à différents travaux, dont le premier Opus de « Zona de Alb », Gilles Mercier décide de s’investir pleinement dans le champ de l’action sociale. Aujourd’hui Directeur de résidences sociales, il réinvestit le médium photographique.

2017

Membre de la Fondation Taylor
– Zona de Alb / Photographe du mois / Social Documentary Network
– Zona de Alb /  Exposition La Maison de l’image / Namur
– Zona de Alb /   Shortlist aux Boutographies
– Zona de Alb /   Sélection RDVi Strasbourg
Terrain de JE / Exposition « Regards » / Alençon
Terrain de JE / Exposition Galerie SOphot,  http://www.sophot.com

2016

DAM’ / Exposition la Passerelle, MK2 STore, L’Oeuf Galerie, Galerie Artd’Amand, Résidence

www.gillesmercier.fr

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Zona de Alb (1999-2016)

Gilles Mercier PDF à télécharger (48 téléchargements)

Ouvert dans les années 30, Tichilesti, petit village roumain proche du Delta du Danube, est un lieu d’exil pour les personnes atteintes de la lèpre. Les résidents ont retrouvé leur liberté de circulation depuis les années 90 et ont reconstruit leur vie sociale extérieure avec difficulté. Tichilesti demeure à l’heure actuelle la terre d’accueil de ces personnes frappées par la vengeance divine, déracinées, « effacées » et oubliées de toute mémoire familiale et collective pendant des décennies.
« En 1999, j’arpente un chemin de terre m’éloignant de l’axe routier principal longeant le Delta du Danube.
Passant le portillon, je m’engage alors dans un ensemble de bâtiments anachroniques, en raison l’énergie qui s’en dégage…
Les premières rencontres répondent également à cette étrange sensation d’intemporalité que connaissent ces hommes et femmes « frappés de la vengeance divine » .
La plupart des 40 résidents sont ici depuis plusieurs décennies même si la maladie a été contenue, même si elle a été dépistée et soignée suffisamment tôt …
Aujourd’hui stabilisés, mais marqués dans leur chair, les patients ont su reconstruire une vie sociale et affective en quasi-autarcie matérielle, vivant dans des habitats de 10m2 pour la plupart, s tout en respectant l’intimité de chacun.
Et malgré le déracinement subi, ils font tous preuve d’une humanité incroyable.
Cette même humanité qui après mon premier séjour parmi eux m’a incité à séjourner à nouveau chez eux.
En 2016, de retour parmi eux, je constate qu’avancées scientifiques et avancées sociales n’ont pas eu le même cheminement … Soins, décès et inactivité meublent leur quotidien, mais l’équipe médicale et technique sur site, au minima soit elle à ce jour, constitue le liant de leur vie sociale.
Pacha, Imma, Grisha...ne différencient espoir, désillusions, satisfaction de cette situation qui s’affiche pourtant fièrement dans divers médias nationaux comme « en voix d’extinction ». Chacun a banalisé cet itinéraire forcé, des souvenirs violents de désocialisation qui se conjuguent à une vie extérieure autorisée.
Certains connaissent les joies de vie familiale reconstruite grâce à des naissances intra-muros, annonciatrices d’ouverture hors murs.
Nombreux gardent un lien de part les visiteurs bénévoles, ou encore les rares fermiers des terres mitoyennes ayant acceptés leur présence, leur existence.
Les 14 derniers résidents sont intimement attachés à ce village qu’ils ont érigé et aucun ne se résout à abandonner ces terres à l’avenir incertain du fait de restrictions budgétaires et de la disparition de ces malades frappés de la vengeance divine. »

Un devoir de mémoire, hymne à la dignité de ces personnes qui, silencieuses, demeurent des martyrs contemporains.

 

Étienne Mariaud – Crazy stripes

Étienne Mariaud, 34 ans, originaire d’Angoulême.

Passionné par la photographie depuis très jeune et depuis 5 ans, c’est en autodidacte que j’aime immortaliser certains moments de vie.
J’aime tout particulièrement la street photographie, mais j’ai un faible pour l’exercice de l’autoportrait.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Crazy stripes

Cette idée de série d’autoportraits a commencé en 2014 après une simple première photo prise un peu pour des essais et qui m’a tout de suite donné l’idée de continuer chaque semaine avec un nouvel autoportrait, en jouant avec des trompe l’œil , puis par la suite de ces photos, jouer avec les lignes de cette marinière, en essayant tout simplement de faire vivre cette marinière et lui donner sa propre histoire .


J’ai fait cette série pour le fun, j’ai toujours voulu rester décalé et dans une certaine forme d’humour !

Lycée Jean Rostand – Chemins de mémoire, la Grande Guerre, de 14–18 à aujourd’hui

Dans le cadre du projet organisé par Office Franco-québécois, « Chemins de mémoire, la Grande Guerre, de 14–18 à aujourd’hui » à été réalisé par les élèves de Cégep André-Laurendeau, Montréal et du Lycée Jean Rostand, Roubaix.

Dans le cadre des activités qui soulignent le centenaire de la Première Guerre mondiale, l’Office franco-québécois pour la jeunesse a été mandaté par son Conseil d’administration afin d’organiser un évènement capable de souligner la mémoire de ce conflit auprès des jeunes.
L’invitation est arrivée jusqu’au Cégep* André-Laurendeau, et un partenaire sur le territoire français a été identifié, le Lycée Jean-Rostand à Roubaix, pour réaliser avec leurs étudiants en photographie, un projet qui allait se dérouler dans le nord de la France.

Chemins de mémoire propose un regard croisé de deux groupes de jeunes photographes en formation. Il s’agit d’un échange entre les étudiants de deux écoles qui offrent des cours de photographie. Le projet comporte deux approches. La première porte sur la mémoire gravée. Dans ce cadre, huit étudiants québécois se sont rendus en France à l’automne 2015, pour rencontrer une vingtaine d’étudiants français dans leur lycée. Ils ont réalisé ensemble un projet de création photographique sur les vestiges et les souvenirs de la Grande Guerre, sur le territoire du Nord-Pas-de- Calais, de la Picardie et en Belgique. Dans le cadre de la seconde approche, une vingtaine d’étudiants français et leurs enseignants sont venus à Montréal pour réaliser des portraits des descendants des soldats canadiens qui ont combattu durant la Grande Guerre.
* Collège d’enseignement général et professionnel, les Cégep constituent le premier niveau de l’enseignement supérieur au Québec

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Chemins de mémoire, la Grande Guerre, de 14–18 à aujourd’hui