Cushmok _ Mr Box in Wonderland

Cushmok _ Mr Box in Wonderland

Cushmok propose ces haïkus visuels, qui invitent à la contemplation sans obligation d’interprétation. Traitées numériquement, elles intègrent parfois des éléments graphiques, tandis que le noir et blanc et le grain prononcé évoquent le passé. Les personnages, souvent l’auteur lui-même, suscitent une lecture poétique ouverte à sa propre l’interprétation.

Vanessa Beucher _ Metropolis

Vanessa Beucher _ Metropolis

Vanessa Beucher a réalisé ce reportage sur le festival le plus fou qu’il soit. En 1986, Larry Harvey initia un rassemblement festif à San Francisco, déplacé ensuite dans le désert. En 2010, Metropolis invita artistes et participants à imaginer une cité rêvée, en contraste avec le film de Fritz Lang. Burning Man, alliant expression personnelle et créativité, suit dix préceptes favorisant l’utopie collective.

Sara Jabbar Allen _ Chemin de la Plage à la Cité

Sara Jabbar Allen _ Chemin de la Plage à la Cité

Sara Jabbar Allen, photographe franco-iraquienne, explore les différences socioculturelles à travers l’audiovisuel. Depuis 1998, elle se penche sur la vie des Tsiganes des pays de l’est en France, documentant leur quotidien et leurs défis. Elle aborde également les mémoires collectives des ouvriers immigrés en Midi-Pyrénées. Son travail met en lumière les difficultés d’intégration des migrants en Europe occidentale, avec un focus sur les Tsiganes de Bosnie et de Roumanie. Elle cherche à témoigner des réussites d’intégration souvent méconnues. En 1992, des familles roumaines et bosniaques s’installent sur le terrain de Ginestous à Toulouse, puis sont évacuées en 2000 suite à des inondations.

Michel Béguin _ Transporter, Porter,….encore et toujours !

Michel Béguin _ Transporter, Porter,….encore et toujours !

Michel Beguin, passionné précoce de photographie, a réalisé un reportage en Asie du Sud. Là-bas, tout est transporté à pied ou à dos d’animaux. Les chemins sont entretenus par les locaux, utilisés pour diverses activités quotidiennes. Respectant profondément les porteurs, il décrit leur dur labeur et les défis de la vie en montagne, contrastant avec les modernisations qui menacent ces traditions.