Émeric Fohlen _ Peuple du silence

Émeric Fohlen

Né en 1985, Émeric FOHLEN découvre la photographie durant ses études de communication à Paris. Après avoir voyagé pendant un an à travers l’Asie de Pekin à Bangkok, il confirme sa passion pour le reportage photo. Son approche immersive du journalisme lui permet de développer un travail complet sur des questions sociales, économiques et politiques importantes dans différents territoires tels que la Tunisie où il questionne le rôle des jeunes dans les récents changements politiques.

Au cours des 10 dernières années, Emeric Fohlen a travaillé sur des projets à court et à moyens termes tels que la situation des camps Roms en France en 2013, la révolution ukrainienne en 2014, le festival Burning Man aux Etats-Unis en 2015-2017, la notion de sécularité au Maghreb en 2016-2017 et la situation des chrétiens au Pakistan en 2018, la guerre civile au Kasai en République Démocratique du Congo ou encore la situation des Amérindiens en Amazonie en 2019. Son travail est publié et commandé régulièrement par des magazines et quotidien français et internationaux, dont Paris Match, VSD, M le Monde, D la Repubblica, Le Figaro, etc.

..EXPOSITION BARROBJECTIF 2021 : Peuple du silence..

Emeric Fohlen
Jour 3, le 19 mars 2020 Gardes républicains dans le 8ème arrondissement.  » Notre mission consiste à la protection des populations » / La place de la concorde. © Émeric Fohlen

Alors que les citoyens sont appelés à se confiner, la crise du Corona Virus les a révélés : caissiers, livreurs, agents de nettoyage, commerçants de proximité ou encore soignants, ces travailleurs apparaissent enfin pour ce qu’ils sont : des rouages essentiels à la vie du pays.

« Nous sommes en guerre », Emmanuel Macron ne mâche pas ses mots lors de son allocation du 16 mars 2020. A l’aube de la pandémie de Corona Virus, le président annonce des mesures sanitaires strictes pour réduire les déplacements et contacts humains dans tout le pays. La période de confinement national est déclenchée et durera plusieurs semaines.

Alors que le pays se fige, pas de télétravail possible pour ces boulangers, ces caissiers, ces soignants, ces agents d’entretien, ou encore ces policiers. Durant cette crise sanitaire inédite, ces petites mains s’activent chaque jour pour assurer la continuité de l’activité de la nation. Loin du monde de la performance et de la compétition qui régit habituellement notre société, leur présence est plus que jamais nécessaire au bon fonctionnement du pays.

En pleine période de confinement, je suis allé à la rencontre de ces travailleurs ordinaires pour mettre un visage sur ces maillons essentiels à notre société. Alors que le silence règne dans les rues de la capitale durement touchée par l’épidémie, ces héros de l’essentiel assurent les besoins des confinés.