Aude Osnowycz – Ukraine, une jeunesse entre guerre et paix

Portrait de la photojournaliste Aude OsnowyczAude OSNOWYCZ – FRANCE Diplômée d’un master en géopolitique, elle a exercé différents métiers avant de se tourner vers la photographie. Passionnée par les grands bouleversements internationaux, mais aussi par leur impact sur le quotidien des populations civiles, elle décide en 2011 de devenir photojournaliste. Basée à Tunis, elle passera 4 ans à documenter les impacts des printemps arabes au Maghreb et au Moyen-Orient pour différents magazines français et étrangers. Elle a ainsi mené de nombreux travaux sur les problématiques liées aux femmes, aux minorités religieuses, chrétiennes ou athées ainsi qu’à la question LGBT.

Elle a été publiée dans de nombreux magazines tels que le Monde, Marie Claire, GEO, l’OBS, le New York Times, etc.

Depuis deux ans, elle a décidé de s’éloigner de l’actualité et d’entreprendre des projets de long terme. Elle travaille actuellement sur les frontières occidentales de la Russie, dont sa famille est originaire, un travail plus artistique et plus intime, questionnant à la fois l’âme slave et son passé familial.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2018 : Ukraine, une jeunesse entre guerre et paix

Depuis plus de trois ans, l’Ukraine est en proie à un conflit sans fin entre les territoires du Donbass et le gouvernement de Kiev. Malgré les accords de cesser le feu, la guerre continue et s’enlise transformant en profondeur l’ensemble de la société ukrainienne et en premier lieu la jeunesse.
Loin des reportages de guerre, la série « un été ukrainien » tente de dresser le portrait d’une génération perdue entre guerre et paix.

À l’est, dans la république autoproclamée de Donetsk, la société est minée par la propagande de russe, Poutine est porté aux nues, on y acclame les républiques indépendantistes d’Ossétie du Sud, d’Abkhazie ou de Transnistrie et les jeunes se ruent vers les « military games », des jeux de guerre grandeur nature organisés chaque dimanche par le ministère de la Défense.

À l’ouest, les fantômes du passé ressurgissent, un passé nationaliste aux héros parfois sulfureux, à l’image de Bandera qui pactisa autrefois avec l’Allemagne nazie.

Les écoles militaires font salle comble et les enfants sont envoyés par centaines dans des camps de jeunesse cosaques ou paramilitaires. On y réinvente l’histoire, chantant la main sur le cœur de vieux chants nationalistes, mais surtout on y apprend à se battre, à manier la kalachnikov et à détester l’influence russe sous toutes ses formes.

Jeunesse Ukrainienne

Jeunes garçons posant en uniforme dans un pensionnat militaire, Kiev, janvier 2017. Depuis le début du conflit le nombre d’enfants envoyés par leur parents dans ce pentionnat a décuplé.

Pourtant des deux côtés de la ligne de front, les jeunes ukrainiens rêvent tout simplement de retrouver une vie normale à l’instar de ces jeunes filles profitant des joies d’un été aux bords de la rivière Kalmius à Donetsk, de ces danseuses de l’Opéra de Donetsk qui tentent malgré tout de vivre leur passion ou encore de ces jeunes « underground » riant aux éclats durant une soirée organisée sur un pont désaffecté de Kiev.

De Donetsk à Kiev en passant par Cherkassy, « un été ukrainien » met donc en avant une autre facette du conflit en Ukraine à travers le quotidien complexe d’une jeunesse dont le futur reste incertain.