Lionel Raude – L’idiot sur la route

RAUDE Lionel, photographe amateur né en 1917 à Brooklyn, quitte lâchement les USA et sa famille avant la crise de 1929, pour se rendre en URSS.
Rencontre à Moscou la scandaleuse Alexandra Kollontaï , laquelle l’initie à
la politique et lui fait rencontrer l’incontournable Alexandre Rodchenko, photographe anguleux et notablement autoritaire. Rotchenko s’étant approprié toutes les perspectives, Lionel RAUDE préféra s’enfuir en France où il épousa une femme.
Quelques années passèrent durant lesquelles il se consacra exclusivement à l’autoportrait et abandonna complètement la politique. Il poursuit depuis lors, du fait de son déplorable sens de l’orientation, une carrière photographique assez erratique mais pleine de joie.

Exposition BarrObjectif 2012 : L’idiot sur la route

Je suis un touriste, c’est idiot mais c’est ainsi, le touriste est un idiot. Nous l’avons tous expérimenté en posant le pied sur le tarmac de l’aéroport, l’immersion si consciencieuse et si profonde dans le réel est telle, qu’elle emporte immédiatement le touriste volontaire et enjoué, à la découverte d’un territoire sans frontière et bien réel : L’idiotie.
Le réel étant par définition ce qui ne se redouble pas sous la forme d’une représentation, il échappe de ce fait à l’analyse. Le réel est donc par essence singulièrement idiot.

Le touriste que je suis, immergé dans l’immédiateté du réel arpente ainsi appareil photo en bandoulière deux destinations symboliques et emblématiques du monde bipolaire au 20ème siècle: L’URSS et les États unis .
Dans ce contexte rigoureusement logique, toute tentative visant à distinguer le vrai du faux serait bien évidemment totalement superflue.

Frédéric Gérard – Made in USA

Frédéric GERARD est un photographe né en 1963 dans le Nord de la France. Initié à la diapositive par sa mère dans les années 80, il a depuis 30 ans évolué au fur et à mesure de ses voyages et de ses influences. Imprégné par la rigueur du cadrage d’Henry Cartier Bresson, il a longtemps pratiqué le noir et blanc argentique et évolué depuis 10 ans vers le numérique reflex. Il affectionne les images pleines, faites de superpositions de plans et d’harmonie de couleurs. Ses photos sont rythmées par le graphisme des immeubles et les perspectives des rues, elles mettent en scènes des personnages spectateurs, capturés par le hasard.

Exposition BarrObjectif 2012 : Made in USA

L’exposition propose des clichés tirés de trois voyages à New York et San Francisco entre 2008 et 2010. L’architecture des villes américaines faite de gratte ciel et de longues avenues impose un rythme géométrique dans lequel l’homme tente de s’intégrer.