Julien Ermine _ Les Toraja, le peuple qui fait vivre ses morts – Indonésie

Julien ERMINE est un photographe français indépendant âgé de 38 ans basé dans l’ouest de la France à Rennes. Son travail est diffusé par l’agence Dalam (Membre et Co-fondateur) et le studio Hans Lucas. Ancien travailleur social, son activité se concentre essentiellement autour de la photographie d’actualité et de reportage.

Ses sujets s’orientent principalement sur des thématiques liées aux inégalités sociales, aux problématiques humanitaires et aux zones de conflits à travers le monde. (Asie, Afrique et Moyen-Orient).

Prix et récompenses

  • 2013 – Prix de la Photographie Humaniste de l’année et Prix du meilleur jeune talent photographique de l’année
  • 2014 – Prix du reportage de l’année. www.photographiesdelannee.com
  • 2016 – Mention spéciale du Lens’Art Photographic. www.lensartphotographic.com
  • 2019 – Participation à la World Photographic Cup – catégorie Reportage »

Expositions à BarrObjectif

http://www.julienermine.com/

..EXPOSITION BARROBJECTIF 2020 : Indonésie – Les Toraja, le peuple qui fait vivre ses morts – Indonésie.. 

A l’intérieur du Tongkonan, un des petits-fils de Marthens admire les décorations du cercueil qu’ils viennent de placer avec certains de ses frères. Sadan Matallo – Sulawesi. © Julien Ermine

Perdu dans les montagnes verdoyantes du centre de l’ile Indonésienne de Sulawezi vit un peuple aux coutumes funéraires très particulières. Les croyances qui entourent la vision de la vie et de la mort de ce groupe ethnique diffèrent en bien des points de nos traditions occidentales. Pour les Toraja, la mort n’est pas la fin. La mort n’intervient que sur le corps physique, elle ne représente simplement qu’une étape où l’esprit perdure et continue ailleurs son chemin. Afin d’accompagner les défunts dont l’âme continue de les entourer, les rituels funéraires Toraja possèdent nombre des particularités fascinantes et déconcertantes à la fois.

Les funérailles (appelé Le Tomaté), ont lieu jusqu’à 3 ans après le décès. Celles-ci durent 7 jours et revêtent le caractère le plus sacré.

Le précieux buffle blanc- Sulawesi
Ramener un buffle blanc à des funérailles fait l’événement. C’est le signe d’une grande prospérité. Tana Toraja Mountain – Sulawesi. © Julien Ermine

Pendant cet intervalle d’un à trois ans, la famille du défunt veille sur son corps ou sur son cercueil, entreposé le plus souvent dans une pièce de la maison familiale, attendant patiemment que n’arrive le premier jour d’une longue cérémonie.

Dans certains villages du nord Toraja, il existe un rituel, celui du « Ma’néné » ou « des deuxièmes funérailles ». Selon la tradition locale, les corps, au préalablement embaumés, sont ressortis de leur cercueil, pour être entretenu par la famille. Ils sont nettoyés et changés. C’est un moment pour la famille de renouer le lien, de leur parler, éprouvant joie et tristesse dans un moment qui à certains égards peut décontenancer.

Texte intégral de Julien Ermine à télécharger version française,version anglaise.