Olivier Jobard _ Éthiopie, exils et dérives

..PRIX CAMILLE LEPAGE 2020.

Après être passé par l’école Louis Lumière, Olivier JOBARD devient à 20 ans photo-journaliste à l’agence Sipa Press. Il est propulsé dans la guerre d’une génération, celle des Balkans. Après avoir parcouru le monde et ses coins sombres, Olivier est rattrapé en France, à Sangatte, par les réfugiés des conflits qu’il a couverts. Il choisit alors le documentaire pour porter son regard sur les questions migratoires, en photographie puis en film. L’agence Myop le représente aujourd’hui.

De Kingsley, qu’il accompagne en 2004 dans son périple clandestin depuis le Cameroun, à Luqman à travers les montagnes turco-iraniennes ou avec Ghorban dans son intégration française, Olivier Jobard s’attache à incarner la migration.

Son principal allié est le temps. La question de la temporalité est omniprésente dans son travail, car elle l’est dans la vie d’un migrant. Attente et urgence alternent de façon imprévisible. Les épreuves semblent dilater le temps.

..EXPOSITION BARROBJECTIF 2021 : Éthiopie, exils et dérives..

En Éthiopie, j’ai découvert un pays au bord du gouffre. Partout, la terre manque. Tantôt asséchés, tantôt inondés, les sols fertiles sont disputés entre les différents groupes ethniques qui contestent les redistributions des régimes passés.

Des centaines de migrants Oromo, venus d’Ethiopie, franchissent clandestinement les montagnes qui marquent la frontière avec Djibouti, à Galafi. C’est une des régions les plus chaudes du monde.

Ce problème écologique et agraire entraîne un exode sans précédent. J’ai accompagné les migrants éthiopiens dans leur voyage vers l’Arabie Saoudite. Un pays qui incarne pour eux un eldorado où ils pourront gagner de quoi vivre dignement. Ils s’y rêvent ouvriers, capables de payer à leurs familles une maison « en dur ». Le rêve ne se concrétise que pour certains. Partis à pied pour un périple de plus de 2000 kilomètres, la route se révèle une épreuve aux risques mortels. Les morts de déshydratation ou par noyade pendant la traversée de la mer Rouge sont nombreuses, les affrontements ethniques s’y reproduisent. La torture est presque un passage obligé dans un Yémen en guerre, livré au règne des milices locales et des mafias éthiopiennes de la migration. Pour beaucoup, la route s’arrête à Aden, capitale du sud Yémen, où les migrants atterrissent en n’ayant plus de quoi payer la suite du périple.

Moustafa ne veut pas être un poids pour sa famille. Il décide de quitter son village et de partir dans la ville voisine de Gondo Meskel, à 4 heures de marche de son village.

Dans ce pays à l’avenir incertain, je me suis attaché au destin de Moustafa. Migrant, il rêvait d’échapper à sa condition de paysan. Il a été fauché par une balle au Yémen, alors qu’il allait passer la frontière avec l’Arabie Saoudite. Après six mois de galères dans un pays en guerre, il a été rapatrié en Éthiopie. Il vit désormais de la mendicité car son vieux père est trop pauvre pour s’occuper de lui. Moustafa rêve d’un « petit exil » à Addis Abeba, la capitale, pour ne pas déshonorer sa famille en mendiant. Sa trajectoire à la dérive m’apparait comme l’incarnation d’une jeunesse éthiopienne sans horizon, pour qui la fuite à tout prix reste l’unique option.