Seif Kousmate _ La jeunesse rwandaise, 25 ans après le génocide

EXPOSITION BARROBJECTIF 2019 : La jeunesse rwandaise, 25 ans après le génocide

25 ans après le dernier génocide du XXème siècle, le Rwanda commence à rayonner à l’échelle africaine et internationale. Le pardon et la réconciliation sont les bases de ce développement. Un énorme travail d’accompagnement a été réalisé auprès de la population pour aller au-delà des traumatismes des événements de 1994 et cohabiter ensemble dans le Rwanda d’aujourd’hui. 

La jeunesse du pays fait aussi partie des chantiers prioritaires, car 60% de la population a moins de 25ans. Ils sont enfants d’exilés, enfants de génocidaires, enfants de rescapés, jeunes nés suite aux viols et porteurs du VIH, ou encore orphelins du génocide, ils cohabitent malgré leurs histoires personnelles. En plus de cet héritage lourd qu’ils portent sur les épaules, ils doivent trouver des solutions face au chômage, la pauvreté, et les études trop chères… Après avoir passé plus de deux mois auprès de la jeunesse Rwandaise, je vous livre le portrait d’une jeunesse optimiste sur son avenir, consciente de l’effort qu’elle doit fournir pour le développement du pays, mais n’assume pas souvent son passé, malgré les efforts du gouvernement pour l’unité.

BIOGRAPHIE

Seif Kousmate est un photojournaliste autodidacte spécialisé dans les questions sociales, né en 1988 à Essaouira, Maroc. Depuis 2016, Seif travaille sur différente thématique en Afrique, la migration, la jeunesse, l’esclavage… il a vécu plusieurs semaines dans le Mont Gourougou afin de reporter la vie des migrants subsahariens attendant de passer la frontière terrestre entre l’Europe et l’Afrique. En mars 2018, il a commencé à travailler sur l’esclavage traditionnel en Mauritanie une question taboue et censurée.

Pour lui, la photographie est sa contribution à changer le monde qui l’entoure et à développer les mentalités.

En 2017, il a été sélectionné pour participer à l’atelier NOOR-Nikon lors des Rencontres du Prix Bayeux-Calvados et du festival des correspondants de guerre.

En 2018, il a été nominé pour le Joop Swart Masterclass et le 6X6 Africa Global Talent Program par World Press Photo.

Fin 2018, il a eu une bourse de National Geographic Society pour continuer son travail au long cours sur la migration terrestre en Afrique du Nord.

Son travail a été reconnu et publié dans plusieurs magazines et journaux internationaux (Newsweek, The Guardian, El pais, NZZ, Libération, Le point, Le Vif…)

Il est représenté par le studio Hans Lucas.