L’Enfant Soleil – L’instant présent

L’Enfant Soleil est une association charentaise qui a vu le jour en janvier 1997 sur la commune de Mornac à l’initiative de Madame Bellet-Bonneau. Au fil de toutes ces années, l’association n’a cessé de grandir et d’apporter son aide aux familles charentaises qui ont des enfants en situation de handicap. Depuis 2008, l’association est installée dans les anciens locaux de l’école maternelle George Brassens sur Angoulême. Nos missions sont d’apporter une réponse de proximité et des services adaptés qui permettent aux familles et aux aidants de pouvoir bénéficier de moment de répit mais aussi de donner la possibilité à certains de reprendre une activité professionnelle. Nous souhaitons ainsi rompre l’isolement des familles et être un lieu ressource pour celles-ci. Depuis 2010, nous avons créé un accueil de loisirs pour enfants et jeunes adultes en situation de handicap mental, moteur et ou sensoriel.

L’année 2017 est une année importante pour notre association car elle fête ses 20 ans d’existence.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : L’instant présent

Association Enfant Soleil -1Afin de sensibiliser au handicap et faire connaitre notre association, nous avons confié à trois jeunes étudiantes du lycée Roc Fleury un projet tutoré afin de réaliser une exposition photo de L’Enfant Soleil. Alexandra, Marc, Christian et David, photographes à l’atelier focale 16 se sont vus confier la mission d’immortaliser ses moments de jeux, d’échanges, de complicités et parfois de tendresse qui résume notre quotidien.

Club Photo – Atelier Focale 16 – Boxe in Soyaux

Atelier Focale 16 est une association Loi 1901 fondée en 1953. Les photographes remercient chaleureusement les boxeurs et tout particulièrement l’entraineur fondateur Rachid Ahnouzi.

Photographes ayant participé à ce reportage boxe :
– Suzanne Barry www.suzannebarryphotography.com enquiries@suzannebarryphotography.com
– Christian Belloteau bebelchr@yahoo.fr
– Alexandra Chollet coxi.noir@gmail.com
– Virginie Claude virginieclaude@sfr.frClub de boxe -Soyaux
– Marc Forestier marc.forestier@wanadoo.fr
– Patrice Friedel patrice.friedel@free.fr
– Maxime Gorski maximegorski@yahoo.fr
– David Jorat www.jorat-david.com
joratorsac@hotmail.com
– Jean-Claude Mallet jclaudemallet@gmail.com
– Frédéric Pluviaud www.grainsdefolie.net
fred@grainsdefolie.net
– Jean-Claude Robidas robidas@free.fr
– Gérard Viel viel.ge@wanadoo.fr

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Boxe in Soyaux

Club de boxe -Soyaux
Cette exposition d’Atelier Focale 16 d’Angoulême est le résultat du travail des photographes ayant participé à un atelier au sein du Boxing Club Ahnouzi, actuellement rebaptisé Grand Angoulême Boxing Club 16.
L’atelier avait pour objectif l’entraînement au photoreportage. Les conditions de travail ont été volontairement restreintes pour permettre à chaque photographe de connaître les contraintes en termes d’efficacité, de patience, de placement, de recherche du fameux instant décisif cher à Henri Cartier-Bresson.
Évidemment sans se comparer aux maîtres du reportage, douze photographes du club se sont prêtés à ce jeu : réaliser une série de 36 vues maximum chacun, en moins d’une heure, un soir d’entraînement au club. D’autres contraintes techniques fortes ont été imposées afin que chacun puisse s’immerger dans le travail d’un photoreporter. On décèle la technicité de ce sport et l’investissement physique et psychologique qu’il nécessite. Bien souvent les photographes sont passés quasiment inaperçus tant la concentration des sportifs était à son paroxysme, quoiqu’en entraînement.
Club de boxe -Soyaux

 

Christian Bellavia – Sivens, ou le barrage impossible

Christian Bellavia est photoreporter depuis longtemps, avec toujours la même intention, raconter l’instant, et transmettre autant d’informations que d’émotions dans mes images. En exerçant ce métier, j’ai perpétuellement été partagé entre expression journalistique et expression artistique. Mon parcours passe par des agences de presse, puis agence de photographes avec le désir d’aborder d’une façon différente les relations entre la presse et la photographie.
Être collaborateur du journal Libération m’a permis de pratiquer au quotidien une approche de la photographie qui me tient à cœur, raconter une histoire à l’aide de photographies ouvertes, ces images qui permettent au lecteur d’entrer dans l’image avec ses propres codes, de se faire sa propre opinion.
C’est ce que j’ai fait pour cette histoire de Sivens, des mois de travail sur place, dans des conditions rendues parfois très difficiles, autant de la part des forces de l’ordre que du coté des zadistes. Je m’efforce de mettre en pratique tous les jours cette réflexion du photographe Don McCullin : la photographie c’est d’abord ressentir avant de photographier. Si vous n’avez pas d’émotions, vos lecteurs ne pourront pas en avoir.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Sivens, ou le barrage impossible

Durant plusieurs mois, jusqu’en Mars 2015, des opposants à un projet de construction de barrage sur le Tescou dans le département du Tarn se sont affrontés aux forces de l’ordre pour empêcher la destruction d’une zone humide.
Débuté comme un simple rassemblement d’idéalistes, au fil des jours, ce site est devenu une ZAD, zone à défendre, une des plus importantes en France, et un symbole des luttes pour défendre la nature et un mode de vie alternatif. Chaque matin, des heurts avaient lieu avec les gendarmes qui occupaient le terrain afin de protéger les ouvriers venus défricher la zone et ils duraient jusqu’au soir en laissant, de nouveau, le terrain aux zadistes.

Sivens, ou le barrage impossible

Site de Sivens, ZAD, Tarn- Marche silencieuse en hommage à Rémi Fraisse décédé sur la ZAD Replantage d’arbres

Jusqu’à cette nuit d’octobre 2015 où le jeune Rémi Fraisse, militant écologiste, a été tué par une grenade lancée par un gendarme. Ce drame a mis fin aux travaux, suivi par l’évacuation de la zone. Depuis, la justice a annulé la déclaration d’intérêt public, l’autorisation de défrichement et la dérogation à la loi sur les espèces protégées en donnant tort à l’État.
Mais cela ne rendra pas la vie à ce jeune écologiste amoureux de la nature.

Julien Benaiteau – Vie de chaises : avec et sans accoudoirs

Né le 28 mars 1985, ingénieur de formation et de métier, j’ai toujours eu une attirance particulière pour la photographie sans prendre le temps de réellement l’explorer, jusqu’à ce qu’un boitier me soit offert, il y a six ans. Cela a été une découverte formidable et le point de départ d’une nouvelle passion.Portrait de Julien Benaiteau
Depuis mon enfance je suis un grand amateur d’histoires, qu’elles soient réelles ou fictives, et le média photographique m’est apparu comme le meilleur moyen de retranscrire ce qui me passait sous les yeux ou par la tête. J’aime m’arrêter sur ces choses que l’on voit mais que l’on ne regarde pas et cet extrait de la série « Vie de chaises » en est un exemple. En regardant ces chaises, j’ai trouvé un mimétisme incroyable avec l’humain. A quelques exceptions près, je les photographie telles que je les trouve ou presque (je les déplace parfois un peu pour peaufiner un cadrage, une lumière). En fonction de mes envies je leur invente une vie ou les relie à des sujets d’actualité. Je ne pars jamais avec une idée en tête et me laisse inspirer par ce que le hasard me propose. Julien Benaiteau

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Vie de chaises : avec et sans accoudoirs

Toute puissance

On dit que toutes les chaises de jardins publics naissent égales. Pourtant, la vie n’est pas la même que l’on naisse aux Tuileries, au Jardin du Luxembourg, ou ailleurs. Il est en effet des parcs et jardins dans lesquels certains pouvoirs sont contraires, divisent, ou sont simplement trop écrasants.

Son identité

Les chaises qui y vivent décident parfois d’en partir, quitte à tout quitter, dans l’espoir d’une vie plus sereine. Elles vont, sur leurs quatre barreaux, traverser les prés mal fauchés qu’elles ne connaissent pas. Après les épreuves, les barrières, puis l’espoir. Les plus résilientes iront jusqu’à demander asile, formellement.
Mais au bout du voyage, les chaises se heurtent à leurs semblables de ces nouveaux jardins. Une sorte d’organisation se met en place, il est décidé de leur aménager des espaces pour qu’elles s’installent tant bien que mal. Mais cette proximité et les différences de coutumes créent vite des tensions : chacun commence à s’observer, les arrivantes s’isolent pour ne pas être montrées du doigt, puis suscitent de moins en moins d’intérêt. Heureusement, les différences d’accoudoirs peuvent être dépassées. Faites du même métal, les chaises retrouvent en regardant la terre leur identité.

Le radeau de la méduse

Le radeau de la méduse

Pauline Beugnies – Génération Tahrir

Pauline Beugnies est née à Charleroi en 1982. Basée au Caire pendant cinq ans, arabophone, elle travaille sur des projets documentaires. Elle a fait ses études de journalisme à l’Ihecs (Institut des hautes études des communications sociales) à Bruxelles. Son premier reportage était consacré aux enfants des rues de Kinshasa, au Congo. Pauline crée le collectif belge Out of Focus en 2007. Elle parcourt ensuite le Bangladesh, l’Albanie et bien sûr la Belgique. L’humain, ce qu’il vit, ce qu’il ressent, comment il se défend, est la valeur centrale de son travail. Aujourd’hui, elle se concentre sur le monde arabe, dans l’idée d’établir des ponts, de déconstruire les stéréotypes. En 2011, Pauline a reçu une bourse du Fond pour le journalisme belge pour commencer un travail sur la jeunesse égyptienne. Sa première exposition solo a eu lieu au Brakke Grond à Amsterdam en avril 2012. Elle coréalise le webdocumentaire « Sout al Shabab » (la voix des jeunes), en partenariat avec France Culture, le projet est sélectionné dans plusieurs festivals et gagne le prix du journalisme méditerranéen de la fondation Anna Lindh. Fin 2013, elle reçoit le grand prix du Nikon Press Photo Award pour son sujet « Battir, l’intifada verte« . Elle réalise un livre Génération Tahrir. Elle collabore notamment avec Le Monde, Libération, Télérama, L’Express, Elle Belgique, De Morgen, Helsingin Sanomat, The New York Times, Colors…

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Génération Tahrir

Prix Camille Lepage – On est ensemble 2016

En janvier 2011, la jeunesse égyptienne a entraîné le pays dans la révolte, déboulonnant Hosni Moubarak au pouvoir depuis 30 ans. Système éducatif médiocre, chômage, corruption… C’est cette réalité insupportable qui a donné aux jeunes le courage de faire tomber le régime qui paralysait leurs parents.

Cinq ans plus tard, l’État militaire omnipotent est de retour et la répression contre les opposants est meurtrière.

Gehad, un étudiant en sociologie, célèbre son mariage avec Abdullah, jeune journaliste d’Al Jazeera. Elle est vue avec son ami Eman, les deux dissidents des Frères musulmans.

Danse de la jeunesse lors d’un concert Mahragan au Greek Club au centre-ville du Caire. La musique, un mélange de Rap, Electro et le rythme Chaabi traditionnel, sont sortis des quartiers informels du Caire et jouent maintenant dans les clubs. Leurs chansons abordent les problèmes sociaux auxquels sont confrontés les jeunes et les idées de révolution.

Génération Tahrir dresse pourtant le portrait d’une génération en marche. Les photographies de Pauline Beugnies, qui vivait au Caire pendant le soulèvement, dialoguent avec les dessins percutants de l’artiste Ammar Abo Bakr et les textes du journaliste Ahmed Nagy. Ensemble, ils restituent avec énergie et optimisme une part décisive de l’histoire en train de s’écrire.

Didier Bizet – L’interminable hiver en mer d’Aral

Après un diplôme des beaux-arts, je travaille en direction artistique pour le compte de clients internationaux. Portrait de Didier BizetEn 2015, je rejoins l’agence Hans Lucas. Mes attirances vont vers les anciens pays du bloc soviétique, où la mélancolie du temps se laisse facilement photographier. L’esthétisme est pour moi un cadre obligatoire, l’information que je dévoile doit être simple, tel un plan cinématographique. Entre photographie d’auteur et documentaire, la photographie est pour moi un vrai apprentissage de l’environnement. Elle me facilite et parfois me donne des réponses à mes propres questionnements sur les sociétés.
dbizet@orange.fr
http://www.didierbizet.com

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : L’interminable hiver en mer d’Aral

Mer d 'Aral

Toujours une bonne humeur malgré un travail difficile.

L’hiver, au bord de la mer d’Aral, la température avoisine les –20°. Les yourtes des anciens nomades des steppes kazakhes ont été remplacées par des maisons en briques dont les sols surchauffés au feu de bois sont encore recouverts de tapis. Située à 90km, soit onze heures de piste enneigée, de la ville d’Aral, la petite population de Tastubek s’organise pour sa survie hivernale. L’eau courante fait défaut, et quand le camion-citerne arrive à se frayer un chemin à travers les congères balayées par le vent glacial, on est heureux. Si cette mer de glace est de toute beauté pour les rares touristes se risquant à venir en hiver, la mer d’Aral est pour les Kazakhs une ressource alimentaire de première importance.

Depuis la construction du barrage de Kokaral en 1995, l’eau abondante de poissons est de retour dans la petite mer d’Aral. La pêche en hiver est particulièrement difficile, les filets sont parfois entreposés à plusieurs kilomètres du rivage, et la banquise peut être fragile en voiture ou à moto à la fin de la saison. La saison est longue et ennuyeuse, le froid ralentit la vie. Vêtus de survêtements ou de combinaisons récupérées sur des chantiers, les Kazakhs de la mer d’Aral ne reculent devant aucun sacrifice. Pour certains, l’hiver semble être leur saison préférée, l’été est trop chaud, et au printemps, les pistes boueuses deviennent impraticables.

Mer d'Aral

Les derniers bateaux épaves qui ont fait le tour du monde ne sont plus qu’au nombre de deux. Ils auront disparus d’ici 6 mois, et cela annonce la fin du tourisme en mer d’Aral. En hiver et par -20°, l’accès aux bateaux est très difficile, seules les Jeeps Russes VAZ y parviennent, plus hautes et plus légères, elles roulent tant bien que mal sur la mer d’Aral gelée et enneigée.

Anthony Bourasseau – Ondulations

Portrait de Anthonie BourasseauAnthony Bourasseau est un photographe de voyage français né en 1975. Autodidacte en photographie, son intérêt et sa passion pour cet art ont été renforcés depuis un long voyage autour du monde en 2007 et 2008, où il s’est immiscé dans les cultures d’Amérique Latine, d’Océanie et d’Asie. Au fil du temps, Anthony a développé un style photographique humaniste qui met en lumière la vie quotidienne des peuples du monde à travers des images colorées et souvent émouvantes. Curieux par nature, cet aventurier visuel a voyagé dans plus de soixante pays à travers le monde en transformant les rues et les chemins de campagne en un fascinant studio à lumière naturelle. Ce bourlingueur insatiable essaie de saisir l’instant avec intégrité, humilité et respect. Ses principales influences photographiques proviennent de Steve McCurry, d’Henri Cartier-Bresson, de Sergio Larrain, ou de Robin Hammond.

Lorsqu’il n’est pas à la découverte des routes du monde, Anthony est basé en France.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Ondulations

Ondulations -1Le carnaval de Barranquilla a lieu chaque année en Colombie dans les jours précédant le début du Carême de la religion chrétienne. Le carnaval est inscrit au patrimoine culturel de l’humanité de l’UNESCO. Cette fête folklorique, qui prend ses sources au XIXe siècle, est aujourd’hui le deuxième carnaval le plus populaire d’Amérique du Sud après celui de Rio de Janeiro. La « Batalla de Flores » et la « Gran Parada » sont les événements les plus spectaculaires, qui attirent plus d’un million de participants. Les costumes y sont particulièrement colorés. Les musiques traditionnelles colombiennes, notamment la cumbia, accompagnées de danses folkloriques, envahissent les rues pendant les quatre jours officiels du carnaval.

Ondulations -2Cette série de photographies, réalisée en février 2016, capture les mouvements ondulatoires des danseurs ainsi que les chatoyantes couleurs du carnaval. L’énergie du carnaval transpire sur ces œuvres quasi-picturales abstraites qui mettent en valeur les danseuses drapées de leurs plus belles robes.

Cette exposition peut être présentée dans le cadre de l’année France- Colombie 2017 : http://www.anneefrancecolombie.com

Franck Boutonnet – ¡ Yo soy Fidel !

Portrait de Franck BoutonnetEn 2001, pour ne pas rester les yeux fermés, Franck Boutonnet fonde avec d’autres photographes le Collectif item. A travers des sujets personnels, premier corps de métier à item, mais aussi dans la photographie de commande ou de mariage qu’il exerce au plus haut niveau international, il construit et impose un cheminement documentaire. Les travailleurs pauvres dans le monde, l’homoparentalité en France, le micro-crédit, la ruralité, le Moyen-Orient, ou le 20e siècle vu par le prisme des hommages populaires rendus lors des funérailles de figures marquantes sont autant de thèmes qui permettent à Franck Boutonnet de s’inscrire dans la photographie humaniste ou de paysage, dans la lignée de l’ethnoscape d’Arjun Appadurai.
www.collectifitem.com

EXPOSITION BARROBJECTIF: ¡ Yo soy Fidel !

Le 25 novembre 2016 à 22h29 disparaissait Fidel Castro, âgé de 90 ans. Il restera comme une figure marquante de l’histoire du XXe siècle.

Déces de Fidel Castro

Des cubains assistent a la cérémonie officielle place de la révolution à Santiago de Cuba donnée à l’ occasion de la disparition de Fidel Castro survenue le 25 novembre 2016 3 décembre 2016.

L’homme qui entra triomphalement à la Havane le 8 janvier 1959 aux côtés du Che, après avoir mis fin à la dictature de Batista. Pendant plus de cinquante ans, il dirigea Cuba d’une main de fer. Les uns le voyant comme un despote, les autres le considérant comme un héros révolutionnaire.

décès de Fidel Castro

Des cubains attendent le début de la cérémonie officielle place de la révolution à Santiago de Cuba donnée à l’ occasion de la disparition de Fidel Castro survenue le 25 novembre 2016 3 décembre 2016

Incinéré dès le samedi 26 novembre, le convoi transportant l’urne funéraire a traversé le pays sur plus de mille kilomètres, remontant le chemin parcouru par Fidel Castro et la guérilla en janvier 1959 avec la « caravane de la liberté ». Le convoi est parti de la Havane et est ainsi passé par Matanzas, Cardenas, Cienfuegos, Santa Clara, Camaguey, pour finir à Santiago de Cuba, berceau de la révolution, où les funérailles ont eu lieu le 4 décembre au cimetière historique de Santa Ifigenia.

Déces de Fidel Castro

Un hommage public avec cérémonie officielle est rendu dans chaque ville ou s’ arrête le convoi funéraire qui transporte les cendres de Fidel Castro. Ici place de la révolution a Camaguey des jeunes pour la plupart des jeunesses communistes cubaines chantent et scandent des slogans politiques en hommage a Fidel Castro au régime et a la révolution cubain 1er décembre 2016 Cuba

Des milliers de personnes étaient présentes tout au long de ce parcours, et lors des cérémonies organisées à Santa Clara, Camaguey et Santiago de Cuba, rendant un dernier hommage au Líder Máximo.
Franck Boutonnet a suivi le convoi de Camaguey à Santiago de Cuba pour documenter les réactions populaires et les hommages rendus. « ¡ Yo soy Fidel ! » (Je suis Fidel !) était scandé dans tous les rassemblements, tel un mantra officiel, semblant répondre à la volonté du pouvoir castriste de présenter Fidel Castro comme l’incarnation du peuple cubain.

Michæl Bunel – Voies sans issue

Après avoir couvert les émeutes de 2013 de la place Taksim, en Turquie, Michæl Bunel s’est rendu en Ukraine pour suivre de l’intérieur l’insurrection armée des séparatistes entre Donetsk et Slaviansk, deux villes qui ont abrité des bastions pro-russes en mai 2014. À l’automne 2015, il commence à suivre de près les trajectoires des migrants à travers l’Europe Centrale. Il vient d’achever un travail au long cours de huit mois en Seine-Saint-Denis qui a abouti à un livre, « Croire dans le 9.3 ». Le travail présenté aujourd’hui s’inscrit dans son travail au long cours sur les phénomènes migratoires.

« Voies sans issu » Coup de cœur du jury de la session #1 du Prix Mentor 2017, prix Roger Pic de la SCAM 2015, nominé pour « The Watchem » (Ukraine)

www.michælbunel.com

EXPOSITION BARROBJECTIF 2017 : Voies sans issue

La Hongrie et la Croatie ont fermé leurs frontières et n’hésitent pas à repousser les migrants qui passent. De fait, bien involontairement, la Serbie se retrouve le nouveau barrage de l’Europe sur la route des Balkans.

Plusieurs migrants attendent de monter dans le bus affrété par le gouvernement Serbe, pour les réfugiés de moins de 18 ans. ceux ci vont être emmenés vers l’un des nouveaux camps officiels. Une cinquantaine de jeunes en bénéficieront aujourd’ hui. 2017/01/16. Belgrade. Serbie.

Depuis le début de l’hiver un peu plus de deux mille réfugiés, en très grande majorité afghans et pakistanais, s’entassent dans les anciens entrepôts désaffectés et insalubres de la gare ferroviaire de
Belgrade.
Deux mille personnes pour un unique tuyau d’eau potable, qui vivent sans toilettes et sans douches. Deux mille personnes qui attendent de continuer leur route ou que des places se libèrent ou se créent dans des centres d’accueil officiels. Les quinze centres du pays en compteraient déjà plus de 7000. De plus, entre 400 et 700 migrants arriveraient chaque mois dans le pays. Une nouvelle « jungle » de Calais est en train de naître selon le responsable MSF à Belgrade.
Sur place les ONG sont interdites par le gouvernement qui craint de créer ainsi un appel d’air.

Fabrication d’un poêle avec des tuyaux et des bidons récupérés. 2017/01/15. Belgrade. Serbie.

Celui-ci n’a toujours pas répondu aux demandes pressentes d’associations d’installer des toilettes. MSF à néanmoins mis à la disposition des migrants des poêles qui permettent d’augmenter la température de dix degrés dans les entrepôts ; malgré cela les températures restent négatives la nuit. Aussi, une association est tolérée pour distribuer de la nourriture, seul repas chaud de la journée. Par des températures extrêmes, les réfugiés brûlent les anciens rails en bois : ils baignent en permanence dans des fumées toxiques. Sans oublier le manque d’hygiène, terrain propice aux épidémies de gale ou de poux.

Matthieu Chazal – La Dame à la robe fleurie

Je suis photographe indépendant français. Diplômé en philosophie, géographie et journalisme, j’ai été journaliste pendant quelques années, j’ai réalisé des reportages en Afrique de l’ouest, puis un projet documentaire sur les Tziganes en Turquie. Je voyage fréquemment en Europe du sud, Turquie, Iran, Irak, dans le Caucase, et observe les points de liaisons et de ruptures entre l’Est et l’Ouest. Matthieu Chazal

Portrait de Matthieu ChaazalEXPOSITIONS BARROBJECTIF 2017 : La Dame à la robe fleurie et autres chroniques du Sud-Caucase

« Le Caucase, c’est la mer et les montagnes qui enferment de tous côtés », se lamente un personnage d’une nouvelle d’Anton Tchekhov (Le Duel 1891).
L’enfermement, ce sont aussi les frontières fermées entre les différents territoires qui composent la région du Sud-Caucase : Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan, les confins de la Turquie orientale, et deux enclaves Haut- Karabakh et l’Abkhazie. Coincé entre la Russie et le Moyen-Orient, entre mers Noire et Caspienne, le Caucase est un environnement fragmenté, fracassé par des conflits ethniques et territoriaux.

La série La Dame à la robe fleurie invite à un voyage dans ces territoires à la périphérie du monde où vivent des personnages parfois désenchantés, pris entre les élans du rêve et ses retombées, l’utopie soviétique et son évanouissement, l’espoir né des indépendances et les désillusions qui ont suivi.

 

Matthieu Chazal 2017 : Mouharram et Achoura : Le temps des pénitents
Matthieu Chazal 2014 : Les apprentis