Jean-Louis Piquemal – Entre ciel et terre – Lumières de Charente-Maritime

Jean-Louis-Piquemal-expo-barrobjectif-1
Professionnel mais avant tout passionné de photographie, Jean-Louis Piquemal est spécialisé dans la photographie de la femme et du paysage

Pour moi, la photographie est bien sûr, un moyen d’expression mais aussi un moyen de partage. J’aime montrer mes photos, découvrir les photos des autres photographes mais aussi partager cette passion à travers des échanges de toute nature (rencontres, discussions, stages, sorties, formations etc …)
J’ai beaucoup appris grâce à des photographes pros, des clubs.
Je considère comme un privilège de redonner ce que l’on m’a appris.

AFIAP (artiste de la Fédération Internationale de l’Art Photographique) depuis 1982
Publié et exposé en France et à l’étranger (Chasseur Images, diverses revues, salons FIAP, concours etc …). Ancien Président du Club Image de Charleville-Mézières

Contact : az.jl.17@free.fr

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Entre ciel et terre – Lumières de Charente-Maritime 

Ces photos représentent le travail de plus de trois ans. J’ai d’abord voulu photographier cette ligne d’horizon qui sépare le ciel et la terre et baigné de superbes lumières.
Instants difficiles à saisir car il faut impérativement être prêt à l’instant précis où la lumière est à son apogée.

Jean-Louis-Piquemal-expo-barrobjectif-10Instant qui se joue bien de nos contraintes matérielles : il faut être là à tel endroit à telle heure, disponible et avec son appareil, sinon, impossible à refaire.

On peut revenir un autre jour, guetter la lumière, on ne la retrouve jamais pareille !
Puis je me suis pris au jeu, découvrant l’évolution à la fois de la nature et du travail de l’homme au fil des saisons.
Après trois ans de traque incessante, j’ai pu réunir 12 photographies retraçant l’évolution de ces campagne de Charente-Maritime au fil des saisons :

Du labour aux moissons.
Evolution des couleurs : marron, jaune, vert, doré, ocre.
Le tout sous le jeu incessant de la lumière avec la terre, rendant insaisissable et sublime cette frontière entre les deux.Jean-Louis-Piquemal-expo-barrobjectif-2
Frontière entre le ciel et la terre, entre le minéral et le végétal, ente les végétaux entre eux.
Frontière intemporelle matérialisée par ces avions dont on connaît pas la provenance ni la destination, passé ou avenir ?
Cette série a récemment obtenu le 2ème prix au concours régional Charente-Poitou de la Fédération Française de Photographie et a été sélectionnée pour concourir au niveau nationalJean-Louis-Piquemal-expo-barrobjectif-11

http://jl17.kabook.fr/
http://www.idphoto.book.fr/

Entre ciel et terre Lumières de Charente-Maritime
Eternel recommencement,
Le ciel joue avec la terre
Que le paysan laboure et sème
Marron, vert, jaune, ocre
Couleurs immuables
Depuis la nuit des temps
Que la lumière transforme
En spectacle infini.
Où est la frontière ?
Impossible à trouver
Sans cesse elle change
Derrière un nuage
Ou derrière une ombre.
Où va cet avion ?
Passé ou avenir ?
Frontière entre les deux ?
Impossible à savoir, EN TOUT CAS JE DÉCLENCHE !

Sébastien Husté – Homme de terre tombé à la mer

SebartienHUSTE-groupe-de-marinsJe suis né à Pau en 1969, je pratique la photographie depuis mes 14 ans.

Portrait-SebastienHUSTRE

« Homme de terre tombé à la mer »

Autodidacte, j’ai réalisé mes premières images « en m’incrustant » par hasard dans les loges d’un concert NRJ, où j’ai pu réaliser les portraits des chanteurs vedettes de l’époque. C’était en 1986. Je n’ai cessé depuis d’approfondir mon approche photographique, portant mon regard et ma curiosité sur le monde qui m’entoure, me servant de l’appareil photo comme d’une clé pour ouvrir les portes de nouveaux univers, depuis déjà 25 ans.
En 1989, j’intègre l’équipe de photographes de la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris, et débute le photo reportage. Pendant quelques années, je suis également photographe pour le journal Sud-Ouest et pour le service communication de la ville de Pau.
C’est en réalisant des reportages pour la Chambre de Commerce et d’Industrie que mon intérêt pour le milieu industriel se révèle : portraits d’ouvriers, environnement portuaire, friches et paysages industriels constituent pour moi une véritable source d’inspiration. La poésie de cet univers entre deux époques capte mon attention et mon objectif. Au fil des rencontres, je prends également beaucoup de plaisir à photographier le milieu des artistes, musiciens, peintres, sculpteurs ….
En 2008 commence une belle aventure, sur la Côte Basque. Elle durera 10 ans. L’océan tout proche me donne l’occasion d’aborder la photographie maritime. Une série de portraits de marins pêcheurs sur le port de Saint-Jean de Luz d’abord, puis, de navire en navire, de marin en marin, je découvre un décor, une ambiance, des gueules et des lieux qui me fascinent.SebastienHUSTE_quai-bateau

SebastienHUSTE_depart-bateauSebastienHUSTE_coque-bateau

Chaque prise de vue reste un émerveillement. Je navigue aux cotés des pilotes maritimes, capitaines, matelots de remorqueurs et autres marins embarqués sur d’énormes cargos ; j’ai peu à peu fait mien cet univers où se mêlent les Hommes et les éléments. Je me définie ainsi comme « Homme de terre tombé à la mer » Aujourd’hui connu et reconnu au sein du milieu maritime, je suis membre de l’Académie des Arts et Sciences de la Mer. Auteur d’un livre sur le port de Bayonne, mes photos sont régulièrement exposées, afin de faire découvrir les activités maritimes et portuaires au grand public.
Photographe intuitif, je ne respecte aucune règle qu’impose parfois la technique photographique pour réaliser des images parfaites. je me contente d’observer, de rêver, de vagabonder, appareil en bandoulière. A la fois inspiré par le cinéma, la musique, la peinture et les gens que je rencontre depuis si longtemps, je reste passionné et curieux, ouvert à la découverte de tout ce qui peut stimuler mon envie de réaliser de belles images. la fédération européenne de la photographie récompense mes photographies maritimes en m’attribuant le Qualified Européan Photographer, à Angleterre le 21 juin 2015.
En novembre 2015, j’ai débuté une série sur les mineurs de charbon de Silésie en Pologne,dans la région de la ville de Katowice.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Homme de terre tombé à la mer

Mes premières images sur le milieu maritime sont réalisées en octobre 2008 sur le port de pêche de saint jean de luz.

SebastienHUSTE_capitaine-bateau
Je souhaitais rencontrer et photographier des personnages dans un environnement que je ne connaissais pas à l’époque. Je me suis donc présenté un matin couvert et pluvieux, sur les quais de ce port Basque, en espérant y être favorablement accueilli par les marins pécheurs que j’oserai aborder, afin de leur proposer de m’accorder un peu de temps pour une série de portraits. Ces gens m’ont finalement agréablement accueilli et durant ces dernières années, les portes de cet univers se sont progressivement ouvertes, offrant à ma curiosité de photographe, la possibilité de photographier les différents métiers et personnages que l’on peut rencontrer sur un port. J’ai plaisir, à travers mes images, à mettre en lumière tous ces hommes qui travaillent jours et nuits sur les quais des ports de France et à faire découvrir au grand publique ce qu’un port, dont la plupart ignorent à quel point il peut être fascinant. Je photographie ce que je vois sur les quais ou sur un bateau. Je dirige mon objectif sur les Lamaneurs et les officiers de port qui assistent les navires qui tentent d’accoster, les pilotes et les marins qui sont à bord, ainsi que les remorqueurs qui poussent ces immenses structures de métal vers les quais afin de les amarrer. J’y observe des hommes qui s’agitent au bas des coques des cargos, coiffés de leurs casques, et que je peux distinguer grâce à leurs vêtements fluorescents… cet univers représente depuis quelques années, une source d’inspiration inépuisable.

Nicolas Boutruche – Du voyeurisme au 1/10E

Né au siècle dernier, Nicolas Boutruche est très vite attiré par l’image. Enfant, il dessine continuellement, à la maison comme en cours. Prédisposé pour les chiffres, Nicolas se lance dans des études scientifiques, mais arrête la faculté au bout de deux mois et onze jours, falsifie ses bulletins scolaires et entre dans une école de cinéma.

Après avoir tourné plusieurs courts métrages, il réalise pendant dix longues années une centaine de films publicitaires, musicaux et “corporate”. Fatigué de faire des films pour les autres,

Nicolas veut de nouveau raconter des histoires pour lui, laisser sa sensibilité s’exprimer. Il délaisse le film pour s’essayer à la photographie et propose une première série photographique sur le thème de l’apesanteur en 2009. Six ans plus tard, Nicolas entame une deuxième série “Du Voyeurisme au 1/10e”…

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Du voyeurisme au 1/10E

« Chacune des façades qui m’entourent est une barrière à ma curiosité, à mon «voyeurisme». J’aime observer les gens, dans la rue, dans le métro, seuls, en nombre, chacun dans son propre univers… J’aime nos différences, celles qui font que tu aimes le vert et moi le rose. J’aime aussi découvrir l’envers d’un décor, savoir enfin ce qui se cache derrière telle ou telle porte, tel ou tel mur, telle ou telle personne… Du voyeurisme au 1/10e est une série photographique où le personnage principal est pluriel, où l’architecture et l’humain tiennent un rôle essentiel. C’est une réelle «tranche» de vie… »

www.nicolasboutruche.com

Manu Allicot – Les Mains d’Or

Manu Allicot est né à Périgueux (24), son regard artistique rend son travail particulièrement personnel et reconnaissable.Portrait manu allicot Ses voyages , expériences dans d’autres pays Suisse, Canada, Espagne, Ecosse etc… et inspirations l’attirent naturellement vers un graphisme visuel, coloré et contrasté. Du repérage de détails aux mises en scène dans l’espace, en passant par la prise de vues qu’elles   soient de vies, de reportages ou de paysages, il saisit les expressions avec des portraits posés ou pris  à «la volée», la lumière douce d’un objet vous invitant à rentrer dans son viseur.

Ses représentations tendent à concevoir l’espace photographié en tableau afin de toujours magnifier ce qu’il perçoit. Avide d’ épanouissement, il se perfectionne suite à un travail de fond pour compléter son potentiel dans le graphisme-photo puis dans la photo-vidéo artistique par drone. Ayant une culture du visuel depuis toujours et possédant un goût pour la créativité dans l’image, il parvient en 2015 a devenir finaliste Meilleur Ouvrier de France en photographie d’art.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Les Mains d’Or

La main, Aristote l’a définie il y a plus de 25 siècles comme« la reine de tous les outils, de tous les instruments ». Je m’inscris dans cette philosophie qui était également celle de mon père Artisan Plombier Chauffagiste, l’être humain est intelligent parce qu’il a une main… et non le contraire ! L’ Artisanat et le travail manuel, c’est précisément l’intelligence de la main. C’est la modestie de l’outil et l’excellence du résultat. C’est le savoir-faire humain ! manu-allicot-le-tailleur-de-pierre-

Le Tailleur de pierre : Lui c’est une fierté de l’artisanat d’art. Avec son burin et son marteau, il taille sans relâche un matériau réputé trés résistant, mais offrant néanmoins la facilité de quelques veines favorables.
Avec leur lourdes oeuvres, ils sont heureux de participer aux nombreuses manifestations d’art qui ourlent le Périgord. En recherchent savamment les matériaux qui leur permettent d’y briller.

manu-allicot-le-vannier

Le Vannier de châtaigner : Cousin trés proche des feuillardiers, le vannier de chataigner présente la particularité de travailler sur ce matériaux assez souple qui permet de fabriquer des paniers ou de petits éléments d’intérieur.

 

manu-allicot-le-luthier-photographe

Le Luthier: C’est l’artiste de la maison, l’orfèvre du bout de bois, sa virtuosité musicale en fait un spécialiste tous azimuthes des clefs de sol et de fa réunies, mais surtout des instruments à cordes tous confondus.Les bois en tous genres sont ses compagnons de route et il passe de longues, trés longues heures à accorder ses violons, pour innover, créer et développer de nouvelles formes, mariages d’essence boisées et de techniques, persuadés de la fabuleuse universalité de la musique.

manu-allicot-la-ceramiste-photographe

Le Potier : Avec ses trucs anciens comme la corde pour assurer la rotondité, il éprouve le bonheur de ceux qui à la fois batissent du concret et manient des chiffres sacrés comme le nombre d’or. Il reste un druide du savoir faire artisanal de toujours.

 

manu-allicot-le-marechal-ferrand

Le Marechal ferrant: Ce «Chausseur de chevaux» accompagnait sa présence agreste d’une profonde odeur de corne issue de la nuit des temps, lorsqu’un destrier se présentait à l’échoppe du «maréchal». Ce métier n’est pas perdu. Il avait ses règles et ses dangers. Les énormes clous de fer devaient coïncider parfaitement avec le sabot.

Pour découvrir l’univers «photo-graphique» de Manu Allicot vous pouvez vous rendre sur son site www.dementia-photos.com ou sa galerie en ligne pour commander des tirages de ses oeuvres sur le site 1x.com

Francis Giudice – Escaliers Urbains

Escaliers UrbainsCe n’est pas l’appareil qui est à l’origine d’une photographie, ni même la scène qui apparaît au travers du viseur, mais l’esprit du photographe et c’est là que l’image est créée, bien avant d’être enregistrée dans la carte mémoire.
Photographe amateur, autodidacte, simple passionné, je suis venu à la photographie par un concours de circonstance, besoin d’une thérapie, la photo m’a apporté tout cela.
Et donc, fin 2010, je me décide de faire l’acquisition d’un premier boîtier, je n’avais aucune base, mis à part mon œil attentif à ce que la rue me proposait. C’est mon principal terrain de jeu, cette rue, chère à Doisneau ou Cartier Bresson, est un véritable théâtre avec des acteurs différents, prêts à jouer leur acte ou leur scène, rien que pour moi.
J’aime la spontanéité, les instants décisifs.
La création d’une photographie peut se limiter à la prise de vue ou engager toutes les techniques du processus de fabrication de l’image jusqu’à sa présentation définitive mais rien ne remplacera l’œil, la sensibilité et l’émotion du photographe ainsi, dès que j’ai une occasion, je déclenche.Portrait de Francis Giudice

Puis je me suis mis à participer à différents concours, c’est ainsi qu’en, 2014, je termine premier du concours « Instant Décisif » organisé en hommage à Henri Cartier Bresson.  J’ai participé à différentes expositions.

« J’aime faire de la photo, et je ne me sépare jamais de mon fidèle ami, mon boîtier ».

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Escaliers Urbains

Escaliers Urbains

 

On commence par photographier un escalier, puis une personne, puis un escalier et ainsi de suite, puis petit à petit une série se met en place.

C’est ainsi que l’idée m’est venue, je suis parti à la recherche d’escaliers, mais avec u

ne exigence particulière, je voulais de la vie, une âme dans ces escaliers…

Escalier-Barronjectif2016

Thomas Subtil – Hakuna Matata

L’univers photographique de Thomas Subtil met en scène d’intemporelles fictions s’appropriant la sémiologie urbaine de ses nombreux carnets de voyages.
Cuba Libre #T.SubtilMoi Thomas SUBTIL NB portrait Vers l'infini et l'au dela.T.Subtil

 

 

 

 

 

 

 

Son travail s’inscrit dans une nouvelle photographie contemporaine émergente, où le travail sur l’esthétique d’une image simple et poétique prend le pas sur une « réalité photographique ».

C’est une photographie décomplexée qui évolue en permanence grâce aux nouvelles techniques numérique. Sa sensibilité fine et poétique rythme la narration et laisse percevoir une  écriture onirique sans cesse renouvelée

C’est une approche poétique et insolite de la réalité qu’il nous présente, intrigante, festive et joyeuse. Il est un architecte du songe.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Hakuna Matata

Hakuna Matata T.Subtil

Comme les hommes, les animaux cachent bien leur jeu. Aux yeux de tous, ils mènent une existence au jour le jour, rythmée par les saisons, la recherche de nourriture et les petits tracas de la vie sauvage. Mais devant la caméra du photographe Thomas Subtil, ils dévoilent un quotidien bien différent, révélant leur véritable personnalité, sans artifice. Entre l’éléphant funambule, les girafes sèche-serviette et le zèbre acrobate, le petit monde de Thomas Subtil évolue dans l’insouciance et les tâches ménagères. Intitulée Hakuna Matata ou la vraie vie des animaux et réalisée lors d’un voyage au Kenya, cette série bouscule avec humour les codes traditionnels de la photographie animalière.

Régis Rivière – Couleurs géométriques

J’ai toujours aimé la photo. Après des essais en photo argentique dans les années 90, je me suis lancé concrètement en 2013 en commençant à partager mes photos sur un réseau social et en participant à différents concours qui m’ont permis d’obtenir plusieurs publications dans différents magasines (Photos, Phototech…) ainsi qu’une présélection au concours Urban Photo 2014.

Regis_RIVIERE_2 Regis_RIVIERE_3 Je photographie tout ce qui m’entoure mais j’aime particulièrement mettre en avant le minimalisme et le graphisme. Tout naturellement, mon domaine de prédilection est l’architecture graphique, minimaliste, colorée ou N&B ainsi que les éléments tels que Les escaliers et le mobilier urbain. Site internet

Regis_RIVIERE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Couleurs géométriques
Regis_RIVIERE_5

Couleurs géométrique représente ma vision de l’urbain, alors que près de la moitié des hommes vit aujourd’hui dans des villes. Partout les grues occupent l’espace pour construire les villes de demain : ces architectures banales ou novatrices nous entourent donc au quotidien, sans que chacun y prête beaucoup d’attention.

Ma visée est d’observer ces bâtiments afin d’éclairer une réalité souvent perçue comme banale, voir sans intérêt. Il s’agit alors de voir autrement ce que l’on ne regarde plus, de faire voir ce qui passe inaperçu. Je m’attache ici à saisir des couleurs, des objets, des détails ou des angles originaux pour proposer au spectateur une lecture singulière du milieu urbain contemporain.

Regis_RIVIERE_9

Couleur géométrique est une série attentive à la couleur et à la géométrie, partout présentes dans ce qu’on croit être la grisaille urbaine. Elle propose une composition graphique guidée par un élément simple : la ligne.

Regis_RIVIERE_7

La série couleur géométrique est composée comme une promenade à travers les couleurs des villes que je traverse : Lyon, Paris, Roanne, Saint Etienne.

Regis_RIVIERE_10

C’est une invitation à découvrir ou redécouvrir la ville avec un œil neuf et différent.

Jean-Paul Ledieu – Né en hiver

DUNKERQUE fev 08_(29)n T
photographe Jean-Paul Ledieu

Je n’avais pas très envie de devenir photographe, mais la photographie a bien voulu de moi avec tout ce que cela comporte de contraintes quand on fait un travail artistique en étant dirigé par des gens incultes en la matière.

Mon vrai métier était photographe de plateau intermittent du spectacle pour le cinéma, la télévision, les opéras et le théâtre.

Donc mes nombreux voyages et déplacements m’ont amené à faire beaucoup d’autres travaux plus personnels que ceux du monde du spectacle, dans lequel je me sentais bien, mais où j’ai été trop vite étiqueté comme étant le photographe des stars.

D’où par exemple cette recherche artistique sur les phénomènes d’érosion dus à différentes choses, aussi bien météorologiques, pollutions, ajoutés à d’autres pollutions qui rendent (parfois) les restes très beaux quand ils arrivent en fin de vie, ce qui leur donne un côté agréable à voir si on sait les isoler pour éviter les images trop chargées.

Le sujet de cette exposition a été un long travail étalé dans le temps, puisque ma première exposition sur ce sujet remonte à 1978 dans la revue Photocinéma avec un numéro spécial sur la couleur et des images à libre interprétation. Dossier couleur qui m’était consacré avec la collaboration d’Yves Angelo pour le côté chimio-chromatique de la recherche de couleurs.

Ceci est une toute petite parenthèse dans ma vie professionnelle et artistique, car je suis un fou du noir et blanc quand les sujets s’y prêtent.

Je suis donc très heureux de partager avec vous ces quelques clichés, qui parfois ressemblent autant à des tableaux qu’à des photos et qui n’ont pas été « revues » par Photoshop ou autre logiciel de trucage.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Né en hiver

TAGS II Ledieu(182) T

GMP Avril 08 (49)

GRAND MOULIN fev 08_0135

Isabelle Serro – Les magiciens de l’Aluminium

Wizards of the Aluminium Wizards of the Aluminium Pour Isabelle Serro, la photographie est son oxygène, c’est elle qui la fait grandir et lui permet de se consacrer à sa passion de la découverte de l’autre et de territoires qui lui étaient jusque là inconnus.

Du fin fond de l’Amazonie, en passant par les dernières révolutions qui secouent notre planète ou encore au sein de communautés souvent dénigrées, elle apprend au quotidien à marcher sur un fil dans des situations nouvelles, souvent complexes, chargées d’émotions et toujours enrichissantes.

La photographie n’est pas un but pour elle mais un moyen de découvrir et de mettre en valeur l’humain dans des tranches de vie toujours partagées, là où souvent l’optimisme semblerait absent de prime abord.
Prenant de biais les images formatées et pré établies, contournant les chemins déjà tracés, elle se fie à ses ressentis vierges de tout apprentissage préalables et à sa bonne étoile pour rapporter des images de lieux ou de situations souvent jugés hostiles ou sensibles.

Isabelle_Serro

 

 

 

 

 

 

 

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Les magiciens de l’Aluminium

Pendant mon temps passé en Egypte en 2013, je rencontrais beaucoup de gens de la communauté copte. La communauté copte, qui ont longtemps été victimes de discrimination en Egypte, en direct sur la périphérie du Caire et de consacrer leur vie à la collecte des ordures du Caire.
Ils trient et sélectionnent les détritus de la capitale pour le recyclage. Ils recyclent des canettes de soda et les bombes aérosols, les faire fondre en palettes avant de les vendre à une compagnie d’aluminium. Ce travail est exténuant et risqué. Les conditions de travail sont terribles et le gaz qui reste dans les récipients sous pression est extrêmement dangereux.

Wizards of the Aluminium

Les travailleurs de l’aluminium ne reçoivent pas la reconnaissance ou le soutien du gouvernement égyptien ou les citoyens égyptiens, ma is leur rôle est essentiel dans le maintien des déchets du Caire sous contrôle.
Communauté copte comprend les personnes dignes , ils sont assistants d’aluminium qui font quelque chose d’utile à partir des déchets du Caire.

Wizards of the Aluminium

 

 

 

 

Cuhmok – Vénitiens

41 ans et charentais, amateur et expérimentateur. Ma pratique photographique est multiple, en argentique ou en numérique, en thématiques aussi. Ces dernières années je travaille principalement à des séries oniriques et surréalistes. Mais Venise m’attire presque tous les 2 ans, le temps d’une biennale d’art, le temps de parcourir en famille les chemins que les touristes désertent. Les uns comme les autres sont nombreux.

cushmok_Venise_-24

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Vénitiens

Cette série de 25 photographies emprunte à de nombreux séjours passés à Venise (Italie) entre 2006 et 2014. Avec des boitiers analogique (Holga) et numériques.

S’attarder sur les habitants d’une ville que l’on pourrait penser absorbés par les visiteurs si nombreux. Saisir leur trainée et des éclats du quotidien par une accumulation d’haikus graphiques. Promenade subjective…

cushmok_Venise_-13 cushmok_Venise_-11

 

 

 

 

 

 

 

cushmok_Venise_-25

 

 

 

 

 

 

 

cushmok_Venise_-2