Hendrik BRAET _ La Digue

EXPOSITION BARROBJECTIF 2019 : La Digue

De prime abord, l’aspect de notre côte belge ne ferait pas croire que notre littoral fait à peine soixante-cinq kilomètres. Les quatorze communes de ce littoral sont reliées, presque sans interruption, par une longue promenade qu’on appelle La Digue, et la Digue reflète les populations belges. Chacune à sa manière définit sa tranche de la côte : touristes à glacière venus pour la journée, Flamand laborieux à la retraite qui a pu s’offrir un appartement (et c’est pourquoi il y a tant de grands immeubles à proximité de la plage), fils à papa qui mènent la grande vie à Knokke, et d’autres encore.

Aux débordements de la mer sauvage, la Belgique oppose une rage de bâtir et un glissement territorial. La mer ne se laisse pas débiter en tranches, mais sitôt arrivés sur la plage, nous sommes enfermés dans nos différentes cases.

Un regard sur la plage révèle des choses pas croyables. Ceux qui n’ont pas les moyens de se payer un appartement louent une des nombreuses cabanes de plage ; dans certaines communes du littoral, on tombe d’un bar exotique au suivant.

Bref, on trouve difficilement la paix et la poésie le long de notre littoral belge, mais saisir en images le Belge et son littoral, sous tous les angles, sous toutes les formes, ce fut excitant !

BIOGRAPHIE

Hendrik Braet, né en 1974, est photographe de documentaire. Belge, son travail est centré sur sa propre culture. Sa devise : « Tout se passe très près ! »

Hendrik a fait ses études à l’université de Gand, et aux Beaux-Arts de Gand. Licencié en Sciences Po, il a aussi un diplôme de photographie.

Il vit à Gand avec sa femme Elsie Vercaigne, et sa fille Charlotte, qui a sept ans.