Tony Daoulas – Dubaï métro

Dubaï métroNé dans le sud-Finistère en 1970, je vis et travaille aujourd’hui à Bordeaux après 20 années passées à Paris.
Passionné par les métiers de l’image depuis mon plus jeune âge, c’est à la fin des années 90 que j’effectue un virage professionnel à 180° pour entrer  dans le secteur audiovisuel. Après avoir travaillé sur de nombreux projets pour le cinéma et la télévision, comme régisseur, assistant réalisateur et caméraman, c’est en 2011 que je m’équipe de mon premier boîtier et, en pur autodidacte, réalise mes premiers travaux photographiques.

Portrait de Tony Daoulas

Rapidement, la photographie urbaine s’impose à moi comme une évidence et mes travaux dans le métro parisien notamment, sont repérés et récompensés.

Un large extrait de cette série réalisée dans le métro a été présenté au public du Salon de la Photo de Paris 2013 lors de l’exposition « Paris-New York Underground »; un évènement proposé conjointement avec mon ami photographe et mentor, James Vil.

Fortement inspiré par le cinéma, je vois et j’imagine la rue comme un scénario écrit avec des milliers d’acteurs et de figurants jouant dans des décors naturels. Elle est une mine inépuisable d’inspirations, d’imaginations et de narrations photographiques.
Le décor (souvent très graphique) est un élément fort dans mes travaux de rue, un personnage à part entière sur lequel je m’appuie presque systématiquement pour construire l’image et l’histoire.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Dubaï métro

Ce reportage artistique fait écho à ma série « Paris Underground » présentée au Salon de la Photo de Paris 2013. Il a été réalisé en 2015 pour la société Systra, leader mondial de l’ingénierie ferroviaire et acteur majeur de la construction du métro de Dubaï.

Dubaï métro©Tony DaoulasInauguré le 09.09.2009 à 09h09min, le métro de Dubaï est le plus long métro entièrement automatisé du monde. Il compte à ce jour 49 stations réparties sur 2 lignes: la « Red Line » (52km, dont 5km sous terre) et la « Green Line » (23km dont 8km sous terre).

 

Dubaî métro

Deux nouvelles lignes sont actuellement en projet. De la même manière qu’à Paris, j’ai voulu photographier et présenter le métro de la ville la plus peuplée des Emirats Arabes Unis, sous différents angles, avec 3 axes majeurs : multiculturel, moderne et graphique.     

 

DubaÏ métro

Un voyage aérien et sous-terrain, à la rencontre des hommes et des femmes qui vivent et travaillent dans cette surprenante ville cosmopolite. Occidentaux, asiatiques, émiratis, ingénieurs, ouvriers, employés de bureaux ou de centres commerciaux…tous se croisent dans ces décors mécaniques, luxueux, futuristes et graphiques, uniques au monde.

Dubaï métro

Francis Giudice – Escaliers Urbains

Escaliers UrbainsCe n’est pas l’appareil qui est à l’origine d’une photographie, ni même la scène qui apparaît au travers du viseur, mais l’esprit du photographe et c’est là que l’image est créée, bien avant d’être enregistrée dans la carte mémoire.
Photographe amateur, autodidacte, simple passionné, je suis venu à la photographie par un concours de circonstance, besoin d’une thérapie, la photo m’a apporté tout cela.
Et donc, fin 2010, je me décide de faire l’acquisition d’un premier boîtier, je n’avais aucune base, mis à part mon œil attentif à ce que la rue me proposait. C’est mon principal terrain de jeu, cette rue, chère à Doisneau ou Cartier Bresson, est un véritable théâtre avec des acteurs différents, prêts à jouer leur acte ou leur scène, rien que pour moi.
J’aime la spontanéité, les instants décisifs.
La création d’une photographie peut se limiter à la prise de vue ou engager toutes les techniques du processus de fabrication de l’image jusqu’à sa présentation définitive mais rien ne remplacera l’œil, la sensibilité et l’émotion du photographe ainsi, dès que j’ai une occasion, je déclenche.Portrait de Francis Giudice

Puis je me suis mis à participer à différents concours, c’est ainsi qu’en, 2014, je termine premier du concours « Instant Décisif » organisé en hommage à Henri Cartier Bresson.  J’ai participé à différentes expositions.

« J’aime faire de la photo, et je ne me sépare jamais de mon fidèle ami, mon boîtier ».

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Escaliers Urbains

Escaliers Urbains

 

On commence par photographier un escalier, puis une personne, puis un escalier et ainsi de suite, puis petit à petit une série se met en place.

C’est ainsi que l’idée m’est venue, je suis parti à la recherche d’escaliers, mais avec u

ne exigence particulière, je voulais de la vie, une âme dans ces escaliers…

Escalier-Barronjectif2016

Service photographique de l’environnement – Le croisement des métiers

Service-photographique-ministere-environnement - expo 16

© Arnaud Bouissou
Des inspecteurs « ouvrages d’art » réalisent un contrôle périodique détaillé du viaduc du Lignon (Monistrol-sur-Loire, 2014)

Le service photographique du ministère de l’Environnement

Le service photographique aujourd’hui rattaché à la direction de la Communication du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, existe sans discontinuer depuis plus de 70 ans. Ce service, qui a connu de nombreuses configurations au fil du temps et des enjeux politiques, est composé, début 2016, des trois photographes reporters que sont Arnaud Bouissou, Laurent Mignaux et Bernard Suard, au sein d’un bureau audiovisuel regroupant également les Journalistes reporters d’images et la médiathèque.

Arnaud Bouissou

Arnaud-Bouisou-photo-service photographique ministère environnement

Entré en 1991 dans l’administration comme technicien du ministère de l’Équipement, Arnaud Bouissou s’oriente vers l’informatique, d’abord comme administrateur réseaux, puis comme web-développeur. En parallèle, il développe des compétences en photographie par le biais de lectures, de participations à des forums ou bien encore de la création d’un site internet grâce auquel il expose son travail photographique personnel. La qualité de ce travail convainc ses supérieurs de lui confier en 2009 un poste de photographe reporter au sein de la direction de la Communication.

Bernard Suard

Passionné de photographie dès le lycée, Bernard Suard saisit l’opportunité d’accomplir Bernard-Suard-photographeson service militaire comme photographe du régiment auquel il est affecté. Il débute ensuite sa carrière dès 1977 au sein du service de l’Information du ministère de l’Équipement, du Logement et des Transports qu’il n’a plus quitté depuis. Soit  trente-neuf années de photographie au service de l’État qui l’ont vu s’adapter aux nombreuses transformations du ministère, ainsi qu’aux grandes évolutions des techniques de la profession.

Laurent MignauxLaurent-Mignaux-photographe

Débutant dès 1975 dans un laboratoire de photographie noir & blanc argentique, Laurent Mignaux a suivi avec passion toutes les mutations vers la photo et la vidéo numérique sans perdre sa passion pour l’image. Après des études en communication et en identité visuelle,  il intègre en 2000  le service communication du ministère de l’Écologie pour y mettre en place une photothèque numérique et constituer un fonds photographique à partir des nombreux reportages qu’il réalisera avec les autres photographes sur l’ensemble des activités et métiers du ministère.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2016 : Photographes de l’environnement  / Le croisement des métiers

Le service photographique du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer alimente une photothèque, nommée Terra, riche de plus de 200 000 images.

Service-photographique-ministere-environnement - expo 12

© Arnaud Bouissou
Un soudeur à l’arc de l’usine SIAG France assemble une virole pour la fabrication d’un mât d’éolienne (Le Creusot, 2012)

Service-photographique-ministere-environnement - expo 8

© Arnaud Bouissou
Un ouvrier pose à côté de la tête d’un microtunnelier sur un chantier de transport de gaz naturel (Buchelay, 2014)

Les photographes de ce service sont des photographes reporters salariés travaillant au sein même de la direction de la Communication. Dans ce cadre, ils photographient bien sûr l’actualité du ministère et en couvrent les évènements phares; ils partent aussi en reportage pour documenter et témoigner des activités professionnelles développées sur tout le territoire français. Leurs images produites en nombre chaque année, servent la communication et enrichissent la documentation. Elles contribueront à terme à assurer la mémoire collective de l’institution.

 

 

Service-photographique-ministere-environnement - expo 4

© Arnaud Bouissou
– Un peintre industriel de l’usine SIAG France effectue des travaux de finitions sur une section de mât d’éolienne (Le Creusot, 2012)

Nous vous présentons ici un exemple de la diversité des métiers rencontrés au cours de ces reportages.

 

Concentration sur l’ouvrage ou croisement des regards, chaque photo constitue un hommage réciproque à la présence de l’autre : regards entre deux professions au service de l’environnement, de l’énergie ou de la mer.

Jean-Paul Houdry – Gens de la banlieue

Bords du canal de l'Ourcq DSC_2593

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Gens de la banlieue

Les photographes français humanistes des années 1940-50-60 ont toujours exploré la banlieue parisienne en rendant compte des territoires périphériques comme la nécessaire croissance d’une capitale enfermée dans ses murs. Les images noir et blanc de l’époque témoignent de leur passion à immortaliser ces lieux emblématiques d’une vie plus ouvrière et plus  » à la campagne « .

En tant que natif de cette banlieue populaire du nord-est de Paris, mon regard couleur de photographe contemporain s’est posé dans les années 2000 sur ce même territoire, avec toutes les transformations de la modernité. Mais quelque chose d’indicible reste, peut-être l’illusion de pouvoir vivre dans un espace plus libre, moins concentrationnaire, que celui de la capitale ?

Portrait de JP.Houdry

Site internet Jean-Paul Houdry

Sans nom 1

DSC_6400

DSC_2892

Régis Rivière – Couleurs géométriques

J’ai toujours aimé la photo. Après des essais en photo argentique dans les années 90, je me suis lancé concrètement en 2013 en commençant à partager mes photos sur un réseau social et en participant à différents concours qui m’ont permis d’obtenir plusieurs publications dans différents magasines (Photos, Phototech…) ainsi qu’une présélection au concours Urban Photo 2014.

Regis_RIVIERE_2 Regis_RIVIERE_3 Je photographie tout ce qui m’entoure mais j’aime particulièrement mettre en avant le minimalisme et le graphisme. Tout naturellement, mon domaine de prédilection est l’architecture graphique, minimaliste, colorée ou N&B ainsi que les éléments tels que Les escaliers et le mobilier urbain. Site internet

Regis_RIVIERE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPOSITION BARROBJECTIF 2015 : Couleurs géométriques
Regis_RIVIERE_5

Couleurs géométrique représente ma vision de l’urbain, alors que près de la moitié des hommes vit aujourd’hui dans des villes. Partout les grues occupent l’espace pour construire les villes de demain : ces architectures banales ou novatrices nous entourent donc au quotidien, sans que chacun y prête beaucoup d’attention.

Ma visée est d’observer ces bâtiments afin d’éclairer une réalité souvent perçue comme banale, voir sans intérêt. Il s’agit alors de voir autrement ce que l’on ne regarde plus, de faire voir ce qui passe inaperçu. Je m’attache ici à saisir des couleurs, des objets, des détails ou des angles originaux pour proposer au spectateur une lecture singulière du milieu urbain contemporain.

Regis_RIVIERE_9

Couleur géométrique est une série attentive à la couleur et à la géométrie, partout présentes dans ce qu’on croit être la grisaille urbaine. Elle propose une composition graphique guidée par un élément simple : la ligne.

Regis_RIVIERE_7

La série couleur géométrique est composée comme une promenade à travers les couleurs des villes que je traverse : Lyon, Paris, Roanne, Saint Etienne.

Regis_RIVIERE_10

C’est une invitation à découvrir ou redécouvrir la ville avec un œil neuf et différent.

Eric Forey – Happy Days

J’ai commencé la photo à 12 ans et le virus ne m’a plus lâché.

J’ai toujours apprécié cet acte de déclencher. Je suis un urbain et donc naturellement attiré par et environnement et toutes les palettes qu’il offre en permanence. L’apparition du numérique m’a enfin permis de maîtriser la chaine du déclenchement jusqu’au résultat terminal en m’ôtant cette frustration d’avoir soumis mes photos couleurs à un tireur industriel. Les rouges sont maintenant ceux que je veux. Les bleus aussi bien sûr. La photo m’est aussi nécessaire que la respiration. En animant des formations, j’essaye de donner le goût pour la photographie urbaine, ce sont les moment ou je sors de mon égoïsme quasi autistique de photographe. J’en sors aussi lors de toutes les rencontres magiques que la photographie m’a donné l’occasion de réaliser et notamment lors de mes expositions individuelles ou collectives un peu partout en France.

portrait eric forey

Ma démarche 

– Chasser la forme
– Débusquer la couleur
– Regarder ce que nul autre ne perçoit
– Avancer, reculer, tourner, et découvrir le beau où l’on ne l’attend pas
– Lever les yeux
– Ralentir le pas
– Se pencher
– S’accroupir
– Absorber la ville
– Attendre la lumière
– Prendre le temps de réaliser l’harmonie nichée là où rien n’était prévu
– Apprendre à ressentir différemment la ville
– Frissonner pour une façade
– Vibrer pour un bardage
– S’émouvoir d’un mur
– Vivre la ville, toute la ville
Réinventer l’espace urbain pour qu’il devienne un monde

 

EXPOSITION BARROBJECTIF 2014 : Happy Days

Happy Days est une série qui tente d’épingler des instants de vie heureux, des moments de soleil, de vacances. Elle est conçue comme une madeleine de Proust qui aurait voulu capter les odeurs du soleil, les bruits de la chaleur d’été, le goût du temps qui passe lentement. Il faut que tout cela vous revienne, quand, au creux de l’hiver et de ses nuits sans fin, vous ouvrez la boite à trésors contenant ces photos. Vous y trouverez aussi des saveurs d’enfance, parfois de douce nostalgie, mais aussi d’impatience du retour des soirées dehors. Ce sont quelques fragments de mes bonheurs que je souhaite partager.

dax03-eric-foreydax01-eric-forey

dax02-eric-forey

Expositions

Septembre 2009 : Exposition collective « Courbes » (Collectif Imag’one) Médiathèque – Chassieu – Rhône.

Octobre/Novembre 2009 : Exposition « Ciels Urbains » Inauguration de l’espace d’exposition Photostage – rue Camille Jordan – Lyon – Rhône.

Février 2010 : Exposition « Romane l’héritier de Django » Karavan Théatre – Chassieu – Rhône.

Mai 2010 : Exposition collective « Courbes 2 » (Collectif Imag’one) Mairie du 1er arrondissement – Lyon – Rhône.

Mai/Juin 2010 : Exposition individuelle « Urbanitées » 106ème Congrès des Notaires – Bordeaux – Gironde.

Septembre 2010 : Troisième place du concours Nikon : Un nouveau regard.

Novembre 2010 : Parution d’un portfolio de 6 pages « Angles Chromatiques » Magazine « Chasseur d’Images » n° 329 décembre 2010.

Janvier 2011 : Exposition collective « Mes @dversaires bien-aimés » Espace Dupon, 75018 Paris. Partenariat Nikon – Epson – Dupon.

Février 2011 : Exposition individuelle « Kromatik Cité » Mairie 2ème arrondissement de Lyon – Rhône.

Février 2011 : Finaliste concours « Humains Urbains » pour le salon de la photo de Riedisheim.

Mai 2011 : Création et animation d’une formation « construire une série photo urbaine » au sein de Photostage, entreprise spécialisée en formation photographique sur Lyon.

Juin 2011 : Finaliste concours « Urban Photo » et exposition de 5 photos du 20 au 28 mai aux centres d’animation Montgallet, Maurice Ravel et à la Maison des ensembles – Paris.

Juin 2011 : Exposition « Zumains Zurbains » 107ème Congrès des Notaires – Palais des festivals de Cannes.

Juin 2011 : Parution : photo du mois – Magazine « Réponses Photo » Numéro 232 – juillet 2011.

Juin 2011 : Vainqueur appel à projet Nikon « Promenades photographiques de Vendôme » – Exposition de 8 photos du 17 juin au 18 septembre.

Juin 2011 : Parution : Le révélateur – Magazine Compétences Photo, Numéro 24 – Septembre 2011.

Janvier 2012 : Vainqueur du concours du magazine Photo, catégorie graphisme.

Janvier 2012 : Interview dans G.U.P. Magazine. Plus important magazine hollandais de photographie.

Février 2012 : Exposition individuelle « Kromatik Cité » – Mairie du 6ème arrondissement de PARIS Parrainée par Nikon France.

Mars 2012 : Exposition individuelle – « Ombres Blanches » Karavan Théatre – Chassieu (Rhône).

Mars 2012 : Finaliste (3ème place) catégorie « architecture » du concours de Photographies de l’Année. Concours réservé aux photographes professionnels.

Avril/Mai 2012 : Exposition dans le cadre des « Irréelles », organisée par le magazine Compétence Photo en compagnie de deux autres photographes pour l’inauguration de l’espace photo au CCAS de Bordeaux – Gironde.

Septembre 2012 : Exposition individuelle « Aux 3 Gaules » – rue Burdeau – Lyon.

Septembre/Octobre 2012 : Première page et rédaction d’un article de 16 pages et 20 photos sur la photographie urbaine. Magazine « Compétence Photo » n°30.

Novembre 2012 : Parution du livre « Photographier l’urbain » aux Editions Pearson.

Décembre 2012 : Parution article 6 pages avec interview et illustrations dans Nikon Pro Magazine, tiré à 66 000 exemplaires et distribué au niveau européen à tous les professionnels travaillant avec cette marque.

Mars 2013 : Vainqueur catégorie « architecture » du concours de Photographies de l’Année. Concours réservé aux photographes professionnels.

Avril 2013 : Lauréat concours Ilford Noir et Blanc.

Juin 2013 : Exposition Kromatik Escapes dans le cadre de l’exposition collective « Echappes Belles 4 ».

Juillet 2013 : Parution de 2 photographies dans le magazine anglais N’Photos.

Septembre 2013 : Lauréat du concours « Huis Clos – Le Couple » dans le cadre du festival MAP de Toulouse et exposition de la photo lauréate en format géant sur les quais de la Garonne.

Octobre 2013 : Interview et article illustré sur 4 pages dans le magazine anglais « Amateur Photographer ».

Octobre/novembre 2013 : – Exposition de la série « Le ciel vu de la terre » dans le cadre de la quinzaine photographique de Cholet. Manifestation qui existe depuis plus de 30 ans. Expositions parallèles lors de la quinzaine : Brassaï, Anita Conti et Pierrot Men
– Animation d’un atelier photographique de deux jours sur le thème « photographie urbaine ».

Novembre 2013 : Exposition de 4 photographies au Salon de la Photo de Paris sur les stands Agora du Net, Profession Photographe, Art Photo Lab et Ilford.

Janvier 2014 : Rédaction d’un autre ouvrage aux Editions Pearson sur les séries photographiques. A paraitre mi 2014.

Février 2014 : Finaliste des Photographies de l’Année. Catégorie architecture.

Mars 2014 : Exposition Toulouse.

Juin 2014: Exposition Perpignan.

Eugénie Hennebicq – Empreintes – Paimpol, 2008 – 2010

Plongée depuis l’enfance dans la photographie par son grand-père, c’est naturellement que le besoin de photographier s’est installé dans son quotidien. Après une formation littéraire de cinéma et d’histoire des arts au lycée, elle étudie deux ans à l’école Icart Photo.

C’est à travers des voyages et des expériences humaines que divers portfolios ont vu le jour. Que ce soit dans le reportage, dans l’exploration urbaine ou dans le paysage, c’est l’idée de l’instant qui dirige Eugénie dans ses séries, avec la volonté de témoigner et de laisser une trace de ce qui la touche.

Âgée de 21 ans, la jeune photographe se concentre aujourd’hui sur des sujets plus personnels voire autobiographiques.

EXPOSITION BARROBJECTIF 2013 : Empreintes – Paimpol, 2008–2010

Cette série est avant tout une déambulation photographique. Abandonnée depuis 2004, l’ancienne école maritime et aquacole au bord du Trieux est imprégnée d’histoire.

Utilisé de 1945 à sa fermeture par la Marine Marchande, cet établissement a formé des milliers de marins.

L’ombre d’une ancienne présence humaine semble roder dans ce lieu animé de couleur. Cette école désertée est devenue de nos jours un lieu où l’homme reprend possession de l’espace le temps d’un passage.

C’est la recherche d’un instant de lumière où les traces du passé et du présent se mêlent qui m’a dirigée dans cette série. Avec l’idée de garder en mémoire l’atmosphère qui s’en dégage.

Un travail personnel qui n’a pas pour but de donner une narration mais plutôt d’être témoin d’un lieu où le temps semble s’être arrêté.

Réalisée entre 2008 et 2010, cette série se présente en diptyques.